Fil presse sur la réorganisation de l'Agence française de l'adoption (AFA)

Fil presse à suivre sur la réorganisation de l'Agence française de l'adoption (AFA)



La Croix
, 12 octobre 2016

Adoptions internationales: une réforme différée

Christine Legrand

Extrait

La ministre de la famille, Laurence Rossignol, a en effet déclaré mardi 11 octobre à l'Assemblée nationale, que le gouvernement n'avait pas trouvé de « véhicule législatif qui permette, dans un temps rapproché, de procéder à la fusion entre les deux organismes ». « Nous ne ferons rien qui puisse inquiéter davantage les familles et mettre en cause les procédures en cours », a-t-elle aussi précisé. … Laurence Rossignol continue néanmoins à défendre l'intérêt de cette fusion, envisagée « dans un contexte de baisse constante des adoptions internationales ». … « On n'a pas trouvé pour l'instant de vecteur législatif, mais c'est un objectif qu'on a en tête et qui se réalisera un jour ou l'autre », confirme-t-on mercredi 12 octobre au ministère de la famille.

 

L'Obs, 4 octobre 2016

Adoption d'enfants : une réforme menace 5.300 dossiers

Henri Rouillier

Trois associations s'alarment de la volonté du gouvernement de réformer l'Agence française de l'adoption (AFA) en la faisant fusionner avec le GIP enfance en danger. Explications.

 

Europe 1, 4 octobre 2016

Un projet de réforme déposé mardi à l'Assemblée nationale pourrait bien menacer les conditions des personnes adoptantes en France. C'est en tout cas ce que craignent les associations.

Extrait

Même si l'Agence française de l'adoption (AFA), créée en 2006, représente les familles candidates à l'adoption et leurs associations dans les 30 pays où elle est accréditée, son efficacité est régulièrement pointée du doigt, et ce, depuis un rapport sénatorial datant de 2009. Celle qui gère 5.300 dossiers d'adoption dont environ 200 d'entre eux aboutissent chaque année va certainement être réformée par le gouvernement. C'est en tout cas ce qu'il envisage en la fusionnant avec le Groupement d'intérêt public de l'enfance en danger (Giped), dans le but de créer un nouveau grand groupement d'intérêt public.

Le gouvernement a présenté la semaine dernière un amendement en ce sens au projet de loi Égalité et citoyenneté. Cet amendement a néanmoins été jugé irrecevable par le Sénat. Mais le projet de loi de finances (PLF) déposé mardi 4 octobre sur le bureau de l'Assemblée nationale pourrait accueillir cet amendement, via un cavalier budgétaire, ce qui, inquiète les associations d'adoptants.

 

La Croix, 4 octobre 2016

Un projet de réforme menace l'adoption internationale

Emmanuelle Lucas

Extrait

Le ministère des affaires étrangères assure que les associations recevront une réponse « très prochainement ». Nathalie Parent, présidente d'« Enfance et familles d'adoption », reste néanmoins prudente. « Nous croyons savoir que l'AFA ne changera ni de nom ni de périmètre d'activité, mais cela ne répond pas du tout à notre question de la continuité des accréditations. »

Une réunion est d'ores et déjà prévue le 7 octobre entre les représentants des ministères de la famille et des affaires étrangères, les trois signataires, l'AFA, le Giped, la Mission de l'adoption internationale et la Direction générale de la cohésion sociale.

 

Le Figaro, 2 octobre 2016

Adoption: risque d'annulation pour plus de 5000 dossiers

Leclair, Agnès

Trois associations ont écrit à François Hollande pour s'inquiéter des conséquences de la fusion de l'AFA avec une autre entité.

Quelque 5300 dossiers de candidats en attente d'adoption gérés par l'Agence française d'adoption (AFA) pourraient tomber à l'eau. En cause, la fusion annoncée de l'AFA, opérateur public de l'adoption internationale, avec une entité qui gère notamment le 119, numéro de l'enfance en danger. Trois associations de familles adoptives (l'Association des parents adoptant en Russie, Enfance & Famille d'adoption (EFA) et le Mouvement pour l'adoption sans frontière) ont adressé une lettre ouverte au président de la République.

 

Agence France Presse, 2 octobre 2016

Adoptions à l'étranger : un projet de réorganisation inquiète les familles

En chute ces dernières années, les adoptions d'enfants à l'étranger risquent-elles un coup d'arrêt? C'est ce que redoutent plusieurs associations de familles adoptives, face à un projet de réorganisation de l'Agence française de l'Adoption (AFA).

Le gouvernement entend regrouper en une seule entité juridique deux groupements d'intérêt public (GIP): l'AFA d'une part, créée en 2006 pour servir d'intermédiaire entre les familles candidates à l'adoption internationale et les pays étrangers, et Enfance en danger d'autre part, qui gère le service national d'accueil téléphonique 119 et l'Observatoire national de la Protection de l'Enfance (ONPE).

Publié dans Le PointLibération, France soir, 2 octobre 2016