Ne pas oublier les enfants qui attendent et les couples qui espèrent

Nous nous sommes mariés à 40 ans en 2012. En 2013, nous avons décidé de nous tourner vers l'adoption. Nous n'envisageons pas de rester à deux. Fonder une famille, c'est la suite et l'aboutissement de notre histoire. Une famille, c'est pour nous un socle pour toute personne, mais aussi la cellule de base de la société !

Enfance & Familles d'Adoption (EFA) ouvre son site aux familles inquiètes des perspectives de réorganisation de l'Agence française de l'adoption (AFA). Les témoignages présentés sont représentatifs des ressentis et inquiétudes des candidats à l'adoption, mais aussi de l'aide que leur a apportée l'AFA dans la réalisation de leur projet familial.

Nous avons obtenu à l'été 2014, un agrément pour une fratrie de deux enfants grands. Ce projet correspond à la fois à notre âge et à la réalité de l'adoption. Nous avons constitué un dossier pour un pays d'Amérique du Sud en faisant appel aux services de l'Agence française pour l'adoption (AFA). N'habitant pas à Paris, il était important pour nous de trouver des interlocuteurs disponibles, capables de répondre à nos nombreuses interrogations. C'est ce que nous avons trouvé.

Nous avons également pu bénéficier de conseils, de formations et d'un accompagnement sur notre projet. L'adoption d'enfants grands en fratrie comporte en effet des défis aussi cruciaux que variés :

  • entrer dans la scolarité française en milieu ou fin d'école primaire pour des enfants primo-arrivants;
  • faire fratrie, faire famille, obéir et s'attacher à des parents, pour des enfants qui ont connu très peu ou n'ont pas connu du tout leurs frères et sœurs et/ou leurs parents biologiques ;
  • s'investir dans de nouvelles relations d'amitié...

Mûrir notre projet et constituer notre dossier nous a demandé un an de travail, de réflexion et d'ajustements, jusqu'à l'été 2015. Il nous a fallu rassembler une énergie énorme, un nombre de documents et de coups de tampon tout aussi important, avec des moments éprouvants lors d'analyses sociales et psychologiques exigeantes. Nous avons envoyé notre dossier dans le pays en juillet 2015. Celui-ci a été accepté fin septembre 2015, soit il y a un an. Nous sommes actuellement en période d'attente, comme de nombreux postulants. Nous savons que les moyens de l'administration dans certains pays sont modestes, que les protocoles qui aboutissent à l'adoptabilité des enfants sont longs, et que la préparation des enfants à l'adoption est un gage de réussite pour notre projet. Nous devons être patients, pour leur bien et pour le nôtre !

Ainsi, la réforme de l'AFA visant à sa fusion avec un autre organisme public est pour nous, qui nous préparons depuis de nombreuses années avec l'aide et le soutien aussi d'Enfance & Familles d'Adoption, un coup vraiment rude. Cette nouvelle pèse fortement sur notre moral d'autant plus que les informations obtenues du pays préalablement à cette annonce étaient plutôt positives et encourageantes.

Cette réforme aurait des conséquences graves :

  • pour les enfants qui se sont préparés à l'adoption et qui attendent une famille ;
  • pour les couples qui, au bout de démarches longues et difficiles, se retrouvent avec un dossier suspendu, voire stoppé.

Nous souhaitons interpeller fortement toutes les personnes en charge de ce dossier.

Nous ne comprenons pas pourquoi les enfants qui attendent et les couples qui espèrent sont purement et simplement oubliés. L'État ne doit-il pas assurer la continuité du service public de l'adoption comme il le fait pour les soins ou les transports ? L'État ne doit-il pas soutenir les familles en difficulté, c'est-à-dire en particulier celles qui attendent d'être créées ?

Nous demandons expressément au gouvernement qu'une solution soit trouvée pour assurer la continuité des dossiers suivis par l'AFA. Au travers d'une décision purement administrative et politique, des réalités humaines et de société sont en jeu. Nous avons confiance dans nos hommes politiques, qui travaillent au bien commun, pour qu'ils prennent le temps de la réflexion, de la concertation et s'orientent vers une décision adaptée.