Accueil
C'étaient les 60 ans d’EFA...

  2013 congres efaDepuis 60 ans, EFA se mobilise pour les enfants privés de famille.
  Parce que l'adoption est d'abord une mesure de protection de l'enfance.

  2013: toute une année pour fêter ce soixantenaire ensemble !

  Retrouvez les événements marquants de cette année 2013 :

 Echos du congrès "Les familles de l'adoption: des histoires singulières"

 EFA a changé de look

 

Echos du congrès "Les familles de l'adoption: des histoires singulières" (19 octobre 2013)


60ansEFA ouverture n parent

“Il y a 60 ans la convention des droits de l’enfant n’existait pas et la convention de La Haye n’avait pas encore vu le jour … l’adoption était impossible pour ceux qui avaient des enfants biologiques et l’adoption plénière n’existait pas … l’adoption internationale en était à ses balbutiements … Il y a 60 ans quatre couples de parents adoptifs décidaient de créer une association aux objectifs si simples qu’ils en étaient lumineux : « A tout enfant une famille ». Au cours de ces soixante dernières années, les lois relatives à l’adoption ont évolué, la société s’est modifiée, mais … les combats d’EFA sont restés les mêmes : donner une famille à un enfant qui en est privé." Lire l’intégralité du discours d’ouverture de Nathalie Parent, présidente d’Enfance & Familles d’Adoption.

 

Le 19 octobre avait lieu, à la Cité universitaire de Paris, le congrès du 60e anniversaire d'EFA « les familles de l'adoption : des histoires singulières ». Près de 200 personnes ont pu assister à la projection d'une mosaïque de l'adoption, entrecoupée de témoignages des « anciens » d'EFA, toutes celles et ceux qui, à un moment ou à un autre, ont donné de leur temps et de leur compétence, dans leur département ou à la fédération, pour que notre mouvement soit aujourd'hui ce qu'il est. En clôture de la matinée, Hélène Jayet, artiste photographe, a présenté son travail sur l’adoption et les origines à travers plusieurs de ses œuvres.

La table ronde de l'après-midi intitulée « la famille et son évolution au cours des soixante dernières années : la place de la famille adoptive » était animée par Olivier Poivre d'Arvor, directeur de France Culture.

Serge Hefez, psychiatre et psychanalyste, a insisté sur l'importance de pouvoir se raconter une histoire familiale, notamment à l'adolescence où le jeune doit se désaffilier de sa famille pour mieux s'y réaffilier ensuite. Pour lui, la famille est de moins en moins calquée sur la réalité biologique. Le modèle traditionnel père-mère avec leurs rôles respectifs est en train de disparaître pour être remplacé par une pluriparentalité : aujourd'hui, à Paris, 50 % des familles sont recomposées. Les enfants sont entourés par un réseau d'adultes qui se responsabilisent auprès d'eux, et doivent de plus en plus penser les liens en termes de coopération plus que de compétition. La cellule familiale n'est donc plus calquée sur la fécondation, mais sur une co-parentalité et une nécessaire narration de l'histoire, narration qui fait partie aussi de l'adoption.

Ferdinand Ezembé, docteur en psychologie et directeur d'Afrique Conseil, exposait ensuite la conception africaine de la famille selon laquelle il faut un village pour élever un enfant. La pluriparentalité est la norme en Afrique : il n'existe pas de notion d'appropriation de l'enfant mais bien un partage de l'enfant. Le père est celui qui élève l'enfant, celui qui assure la fonction de « papa », pas celui qui lui donne la vie. L'adoption n'existe pas, l'enfant circule librement, ce sont les étrangers qui viennent « adopter ». Il s'est donc réjoui que le « monde occidental » rejoigne progressivement la société traditionnelle africaine dans sa conception « avant-gardiste » de la famille !

Enfin Axel Kahn, généticien, essayiste et directeur de recherche émérite à l'Inserm, nous a confirmé que les différences entre les filiations biologique et « non biologique » n'étaient pas évidentes. Que dans les deux cas, il y a toujours des adultes qui ont pris la responsabilité morale et affective d'accueillir un enfant. L'important est que un ou plusieurs adultes regardent l'enfant comme le leur. Or on assiste aujourd'hui à une montée en puissance de l'intégrisme biologique de la famille. Pourtant, l'enfant va toujours devoir rebâtir un lignage dans lequel se réinsérer : est-ce que ce sont les parents que j'aurais voulus ? Est-ce que l'adulte que je vais devenir va toujours intéresser mon parent ?

 60ansEFA cloture2

Désir d'enfant et droits de l'enfant, narration, familles plurielles, arbre généalogique à racines multiples... autant de thèmes abordés au fil du débat qui correspondent pleinement à ce qu'est aussi l'adoption. Et la diversité des schémas familiaux pourrait représenter une opportunité pour les enfants dans l’attente, aux profils si divers, permettre à chacun d’entre eux de trouver la famille dont ils ont besoin pour vivre une enfance et grandir.


La journée s'est achevée poétiquement par le spectacle musical de Sébastien Bertrand "Chemin de la belle étoile".

Retrouvez le spectacle de Sébastien Bertrand

Retrouvez Hélène Jayet

Programme et informations     

 

 

Près de chez vous en région

De l'Alsace à Rhône-Alpes, en passant par la Bretagne et Midi-Pyrénées, les associations d'EFA ont organisé plus de 40 manifestations à travers le pays, pour fêter les 60 ans du mouvement.

Quelques exemples des nombreuses initiatives qui ont réuni plusieurs centaines de personnes, petits et grands, à travers le pays:

  • des pique-niques et des journées familiales avec gâteaux d'anniversaire, jeux, spectacles...
  • des spectacles
  • des conférences et débats, avec les grands "classiques" parmi les thèmes retenus: Recherche des origines, appartenance, identité, Santé, Enfants à besoins spécifiques, adoptés majeurs, adolescence, accompagnement projet d'adoption, le regard des autres, vivre la différence au quotidien, adoption internationale, l'art d'être parent, l'arrivée de l'enfant
  • D'autres thèmes ont également fait l'objet d'échanges: Créer une relation de confiance, l'adoption aujourd'hui, quels enfants adoptables?, l'estime de soi, le temps de l'adoption, l'adoption dans l'histoire et la culture, quête d'identité, appartenance et identité, et d'autres encore, témoignant de la diversité des manières possibles d'aborder les questions liées à l'adoption.

 

EFA a changé de look

 logo-efa-2012

 


À l’occasion de son soixantenaire, EFA a choisi un nouveau logo pour représenter son mouvement. Fidèle à sa philosophie, notre association place une fois encore l’enfant au centre de ses préoccupations et continue à défendre l’adoption comme projet de vie pour un enfant avec des parents informés, préparés et accompagnés.