Accueil EFA, c’est aussi…
Les activités d'EFA

Dans cette page :



Les rapports d’activité d’EFA

Chaque année, la fédération Enfance & Familles d’Adoption présente, lors de son assemblée générale, son rapport d’activité annuel. Vous trouvez dans cette page les rapports d'activité de ces dernières années. 

 

2013  2012  2011  —  2010


2013

L’année 2013 a débuté dans la continuité de 2012 avec des auditions relatives au projet de loi pour le mariage et l’adoption ouverts aux personnes de même sexe. EFA est resté centré sur les besoins et les droits de l’enfant et a défendu ce principe face au droit à l’enfant. Après avoir été auditionné fin 2012 à l’Assemblée nationale, EFA a commencé l’année avec une audition par les sénateurs sur le même sujet. Les débats et les polémiques suscités par ce projet ont aussi remis en cause l’adoption plénière et ont amené EFA à cosigner avec le MASF, Racines coréennes et La Voix des Adoptés, un communiqué précisant pourquoi l’adoption plénière ne doit pas être supprimée.

Suite au vote de cette loi, la ministre de la Famille a annoncé une grande loi sur la famille dont une partie importante serait consacrée à l’adoption. EFA s’est mobilisé pour faire entendre ses revendications et préconisations et s’est appuyé, après l’avoir actualisé, sur le livre blanc publié en avril 2012.

Convaincu du bien-fondé des mesures mises en place en Italie et en Belgique, EFA a défendu le nécessaire accompagnement des familles avant, pendant et après l’adoption. Une information et une préparation adaptées des candidats à l’adoption paraissent, aujourd’hui encore plus qu’hier, indispensables si l’on veut pouvoir proposer des parents aux enfants actuellement en attente.

La ministre de la Famille, sensible à nos arguments, repris par d’autres associations, a semblé entendre les besoins exprimés et a annoncé que cet accompagnement ferait partie de la future loi Famille. Elle a paru également convaincue de la nécessaire préparation des enfants et de l’obligation de réaliser un bilan d’adoptabilité pour chacun d’eux. Le plaidoyer pour l’adoption nationale, rédigé par six professionnelles dont la psychologue d’ERF, est venu renforcer nos préconisations.

Les évolutions proposées par EFA concernant l’accès aux origines ont également été entendues et EFA a été auditionné à deux reprises : par les députés socialistes et par la commission présidée par Irène Théry.

Tout au long de l’année, EFA est resté également fortement mobilisé sur les questions liées à l’adoption internationale et plus spécifiquement sur l’adoption des enfants arrivant du continent africain. Les événements qui s’y déroulent (guerre, modification législative, ratification de la CLH, démantèlement de trafics d’enfants) ont demandé une vigilance accrue et des prises de position parfois difficiles comme la demande de suspension des procédures dans un pays d’origine.

L’été a été marqué par la modification de l’article de loi relatif à l’admission des pupilles de l’État. EFA a été force de proposition pour cette nouvelle rédaction tant au niveau du conseil d’État qu’au niveau du Parlement. Si un certain nombre de nos préconisations ont été retenues, on ne peut que regretter la rédaction actuelle qui, dans son imperfection, laisse la porte ouverte à des contentieux qui ne manqueront pas de se présenter rapidement.

Au sein d’EFA, l’année a été marquée par le lancement de l’enquête « Adolescence, adoption et orientation » qui a fortement mobilisé l’équipe en charge de ce projet. Nous ne pouvons que nous féliciter du succès obtenu par la journée d’étude organisée le 18 octobre à la Cité des sciences et de l’industrie de La Villette (Paris) qui a réuni une centaine de personnes et a permis de présenter quelques pistes apparaissant déjà à la lecture des questionnaires.

Clôturant une année placée sous le signe des 60 ans d’EFA, et après de nombreux mois de préparation, le congrès qui s’est déroulé en octobre à Paris a été un véritable succès. Fête d’autant plus marquante qu’elle a été l’occasion pour Janice Peyré, présidente de notre mouvement de 2002 à 2009, actuelle présidente d’honneur, et membre du CNAOP, de se voir remettre la légion d’honneur.

D'autres faits marquants jalonnent ce rapport d'activité comme le procès de l’Arche de Zoé. Ils illustrent le double rôle d'EFA au plan fédéral : être proche des familles et de leurs préoccupations grâce au travail de terrain des associations départementales et garder un certain recul pour rester porteur d'une éthique de l'adoption garante de l'intérêt premier de l'enfant.

Lire le rapport d'activité 2013

2012

2012 ayant été une année fortement marquée par les campagnes électorales, EFA en a profité pour faire entendre ses revendications en publiant un livre blanc. Le but de cet énorme travail de synthèse était de rendre les futurs élus attentifs au paysage actuel de l’adoption en France, tant en ce qui concerne l’absence d’accompagnement des familles, avant, pendant et après l’adoption, que’état actuel de l’adoption internationale et nationale et le statut des enfants en France.

Tout en continuant la veille des évolutions et des politiques d’adoption des pays d’origine comme des pays d’accueil, EFA a mené une mission en Belgique afin de comprendre le système de l’adoption mis en place en 2005 par l’Autorité centrale belge et son évolution après 7 années d’existence. Il s’agissait également d’appréhender les dispositifs d’accompagnement des familles existant dans ce pays.

EFA est intervenu à l’assemblée générale d’Euradopt, renforçant ainsi ses connaissances et ses collaborations au-delà de nos frontières.

Du côté de la situation des enfants adoptables en France, l’ONED a publié son rapport annuel sur la situation des pupilles au 31 décembre 2011. Le SIAPE semble totalement abandonné avant même d’avoir réellement pu exister. En revanche, on ne peut que se réjouir de l’initiative de l’UNAF de travailler en étroit partenariat avec EFA sur la rédaction d’un livret destiné à tous les membres des Conseils de famille.

Aucune suite n’a été donnée au rapport Barèges sur l’accouchement « sous X »  publié en 2011. De même, la proposition de loi parlementaire sur l’enfance délaissée et l’adoption présentée par Mme Tabarot est restée sans suite.

À l’occasion du projet de loi ouvrant le mariage et l’adoption aux couples de personnes de même sexe, EFA a été reçu par la ministre de la Justice, Madame Taubira, et auditionné par la commission des lois de l’Assemblée nationale. Ce projet de loi a été l’occasion pour le CSA de se réunir, ce qu’il n’avait pas fait depuis juin 2011.

L’accompagnement des familles, préoccupation constante de notre mouvement, n’a pas été oublié : développement des formations à la parentalité ; conférences sur la parentalité, la santé, la scolarité ; formations internes sur l’accompagnement et l’écoute ; organisation de notre congrès interne sur ce thème.

Au sein de notre mouvement, Geneviève Miral a passé le flambeau à Nathalie Parent après neuf années d’engagement à la fédération : cinq années comme secrétaire générale, une année comme vice-présidente adoption nationale puis trois années comme présidente. Son mandat de présidente a été très fortement marqué par les conséquences du séisme de janvier 2010 à Haïti. Elle continue de représenter notre association, comme membre associé, et a pris en charge tout ce qui touche à la communication de notre mouvement sans oublier son engagement dans l’équipe d’Accueil.

2012 ayant été l’année des changements, Jean-Georges Antoni, directeur de la fédération depuis six ans, a pris une retraite bien méritée. Nous avons tous pu apprécier au cours de ces années, sa disponibilité et son engagement auprès de chacun d’entre nous ainsi que tout le travail accompli pour EFA. Marie-José Chaury l’a remplacé depuis novembre.

D'autres faits marquants jalonnent ce rapport d'activité comme la modification du logo de notre mouvement, la nouvelle maquette d’Accueil et la création d’une newsletter bimestrielle. Ils illustrent le double rôle d'EFA au plan fédéral : être proche des familles et de leurs préoccupations grâce au travail de proximité des associations départementales et garder un certain recul pour rester porteur d'une éthique de l'adoption garante de l'intérêt premier de l'enfant.

Lire le rapport d'activité 2012

2011

Après une année 2010 largement placée sous le signe de la mobilisation en faveur des enfants d'Haïti et des familles en cours d'apparentement, EFA a poursuivi son engagement auprès de ces familles, plus particulièrement sur la dimension juridique et judiciaire, face aux difficultés rencontrées pour faire reconnaître les adoptions prononcées en Haïti ou les faire convertir en adoptions plénières françaises.

Cette implication importante n'a pas entamé la capacité d'EFA à maintenir ses actions et ses engagements habituels.

Au-delà de la veille constante des évolutions et des politiques d'adoption des pays d'origine comme des pays d'accueil, EFA a mené une mission en Éthiopie et participé à l'assemblée générale d'Euradopt, renforçant ainsi ses connaissances et ses collaborations au-delà de nos frontières.

Du côté de la situation des enfants adoptables en France, l'inquiétude est de mise chez les professionnels et dans les organismes spécialisés dans l'adoption des pupilles dits à besoins spécifiques : baisse de la subvention d'Enfants en recherche de familles de 20 %, inefficacité totale du Système d'information pour les pupilles de l'État, non publication du rapport sur le suivi des pupilles remis au secrétariat d'État à la Famille en avril, etc.

Dans le même temps, Brigitte Barèges a rendu le rapport sur l'accouchement « sous X » qui lui avait été commandé par le même secrétariat d'État et à cette occasion, l'Inspection générale de l'Action sociale publiait un rapport sur le fonctionnement du CNAOP. À la suite de ces deux rapports, EFA a pu faire part de ses préconisations en matière d'accompagnement à l'accès aux origines.

S'appuyant sur les rapports publiés l'année précédente et sur les groupes de travail qu'il avait initiés, le Conseil supérieur de l'adoption a présenté un certain nombre de préconisations concernant l'agrément et la préparation des candidats à l'adoption ainsi que le délaissement parental. C'est à partir de ces conclusions et préconisations, que Michèle Tabarot et les parlementaires du groupe Famille et Adoption ont présenté une proposition de loi parlementaire sur l'enfance délaissée et l'adoption. Dans le cadre de la commission spéciale créée à la suite du dépôt de cette proposition de loi, EFA a été auditionné sur la question du délaissement parental.

L'accompagnement des familles, préoccupation constante de notre mouvement, n'a pas été oublié : développement des formations à la parentalité, conférences sur la parentalité, la santé, la scolarité, nouvelle édition de l'ouvrage de Blandine Hamon Parents par adoption : des mots pour le quotidien, formations internes sur l'accompagnement et l'écoute, etc.

D'autres faits marquants jalonnent ce rapport d'activité. Ils illustrent le double rôle d'EFA au plan fédéral : être très proche des familles et de leurs préoccupations et garder un certain recul pour rester porteur d'une éthique de l'adoption garante de l'intérêt premier de l'enfant.

Lire le rapport d'activité 2011

2010

Si chaque année, l'adoption et les questionnements qu'elle soulève sont toujours l'objet de débats passionnés et d'engagements forts, le séisme survenu le 12 janvier 2010 a eu des répercussions particulièrement importantes sur l'implication, la réflexion et les actions de tous les acteurs de l'adoption. Le mouvement Enfance & Familles d'Adoption s'est spécialement mobilisé tout au long de l'année, tant au niveau fédéral qu'au niveau départemental, en faveur des enfants d'Haïti et des familles en cours d'apparentement. EFA a pris régulièrement position pour rappeler la nécessité d'un statut juridique clair pour les enfants évacués, l'importance d'un accompagnement spécifique des enfants et de leurs familles ainsi que l'indispensable concertation entre les différents ministères et organismes concernés.

Le rapport 2010 fait une large place à cette situation inédite mais aussi à tous les événements marquants de l'année.

Faisant suite au rapport Colombani et aux travaux initiés en 2009, le CSA a finalisé l'élaboration de référentiels, destinés aux professionnels, sur les enquêtes sociale et psychologique dans le cadre de la procédure d'agrément, et a présenté des propositions de réforme de l'agrément, préconisant notamment une préparation préalable des candidats à l'adoption. Le CNAOP a poursuivi ses missions et ses travaux et a publié un rapport sur les conditions d'accès des mineurs à leurs origines.

Les deux rapports sur le délaissement (IGAS et ONED), remis à la secrétaire d'État à la Famille fin 2009, ont été rendus publics. Malgré la grande qualité de celui de l'IGAS, ils n'ont eu, pour le moment, que peu d'écho.

Dans le même temps, de nouvelles missions ont vu le jour : mission conjointe de l'IGAS et l'IGAE sur l'implantation et le déploiement de l'Agence française de l'adoption, mission sur le suivi des pupilles de l'État conduite par Raymond Chabrol, mission parlementaire sur l'évolution de l'accouchement sous le secret menée par Brigitte Barèges. Systématiquement auditionnée, EFA a pu faire part de ses positions et de ses préconisations sur les différents sujets abordés.

L'évolution du dispositif français de l'adoption internationale ainsi que celle de l'accouchement sous le secret ont fait l'objet de débats internes à EFA en journées interrégionales et lors de l'assemblée générale de juin.

Maintenant ses actions hors de nos frontières, la fédération EFA est intervenue lors des journées ouvertes d'Euradopt sur le thème Des bonnes pratiques dans l'adoption et deux membres d'EFA ont effectué une mission en Italie dans le but d'analyser les pratiques italiennes en matière d'adoption internationale.

Cette implication constante illustre le double rôle d'EFA au plan fédéral : être très proche des familles et de leurs préoccupations et garder un certain recul pour rester porteur d'une éthique de l'adoption garante de l'intérêt premier de l'enfant.

Lire le rapport d'activité 2010

 

Des représentants d'EFA participent…


– au CSA (Conseil supérieur de l'adoption), dont la présidente d'EFA est membre de droit : il émet des avis et formule des propositions relatives à l'adoption, et est consulté sur les mesures législatives et réglementaires prises en ce domaine ; Pour en savoir plus

– au comité de suivi de l'Agence française de l'adoption ; Pour en savoir plus

– au CNAOP (Conseil national d’accès aux origines personnelles). Janice Peyré, présidente d'honneur d’EFA siège au CNAOP au titre de représentant des associations de familles adoptives ; Pour en savoir plus


EFA suit de près l'adoption internationale


Sans se départir d’une vigilance sur les risques d’entorses aux démarches éthiques, EFA a été associé aux travaux de réflexion sur les premiers éléments de la mise en œuvre des recommandations de M. Jean-Marie Colombani. La fédération a également été sollicitée dans le cadre de la création, en août 2008, du réseau de volontaires pour l’adoption internationale et participe aux formations des volontaires.

EFA a récemment publié un communiqué sur l'inadaptation du dispositif français de l'adoption, soulignant la nécessité d'une reforme en profondeur que nous attendons toujours depuis le rapport de Jean-Marie Colombani.

En avril 2012, EFA a publié un livre de blanc de l'adoption, faisant notamment des propositions concrètes en matière d'adoption internationale.

Depuis plusieurs années, EFA effectue ses propres missions à l'étranger : dans des pays dits d'origine, pour mieux connaître les réalités et les besoins des enfants sur place et de présenter les familles françaises aux autorités des pays ; mais aussi dans des pays d'accueil pour mieux connaître les pratiques et les dispositifs mis en place par ces pays.

En mai 2012, deux membres d'EFA se sont rendus en Belgique francophone, pour analyser plus particulièrement la préparation des candidats à l'adoption et l'accompagnement post adoption mis en place.

En février 2011, deux membres d'EFA se sont rendus en Ethiopie pour mieux comprendre la situation des enfants et les procédures d'un des plus importants pays d'origine des enfants adoptés par des Français.

Dans le même temps, les réunions et les formations d’EFA auprès des adoptants ont été l’occasion d’insister sur la nécessité, pour l’équilibre de l’enfant et de sa famille, de respecter des procédures légales, transparentes, apportant des assurances sur l’adoptabilité des enfants.
EFA rappelle également aux autorités françaises et lors des formations auprès des volontaires et des professionnels la co-responsabilité de la France dans l’éthique de l’adoption, qui ne saurait reposer sur les seules épaules des adoptants.

EFA effectue régulièrement des missions à l’étranger :
Belgique en mai 2012
Ethiopie en février 2011,
Italie en octobre 2010,
République démocratique du Congo en 2009,
Afrique du Sud en 2009,
Haïti en octobre 2008,
Bulgarie en septembre 2007,
Cambodge en décembre 2006,
Maroc en janvier 2006,
Grande Bretagne – juin 2005
Burkina Faso et Mali - mars 2005
Chine Et Vietnam - février 2004
Madagascar - 2003
Lettonie – novembre 2002

 

EFA organise des formations professionnelles



la fédération Enfance & Familles d'Adoption propose une palette diversifiée de formations en direction de deux publics :

• les professionnels et autres acteurs intervenant dans le processus d'adoption d'enfants, en France ou à l'étranger ;

• toute personne s'engageant ou déjà engagée dans une procédure d'agrément ou ayant déjà accueilli un enfant (post-adoption)

Ces formations, assurées en Paris ou en province, couvrent les différents aspects, administratifs, juridiques, médicaux, psychologiques et sociologiques, de l'adoption nationale et internationale. Elles sont assurées par une équipe de formateurs professionnels et peuvent être prises en charge au titre de la formation professionnelle continue.

Plus d'informations sur cette page dédiée aux formations: http://adoptionefa.org/index.php/les-formations

Habilitée comme organisme de formation professionnelle sous le N° 1175 351 7675, EFA est peut-être le partenaire que vous recherchez.

Pour tout renseignement sur les dates et les modalités d'inscription, s'adresser à : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. ou téléphoner au 01 40 05 57 78.