Accueil
Haïti: EFA soutient les familles
Se rencontrer, échanger, partager: cellules de soutien, groupes de paroles, lignes d'écoute… EFA se mobilise sur  tout le territoire.
Lire la suite...
 
Enfants victimes de l'inceste: oser en parler
Sans_titre-2nb

Combien sont-ils? Un sur dix? Victimes aussi d’un silence destructeur, qu’Arte brise dans Thema, mardi 4 mai à 20h35. Une soirée qui peut aider à mieux comprendre l’impact d’une particularité, bien souvent tue au moment d’une adoption. Lire la suite…

 
Haïti: Fil d'info
À noter: Les liens hypertexte vers les sites médias ne sont pas mis à jour régulièrement. Certains liens peuvent avoir changé, ou certains documents ne plus être consultables sans abonnement. Les outils de recherche peuvent alors permettre de retrouver l'information désirée.

30/04/10 -
Reconstruire Haïti avec des mots (Le Monde)
Christine Rousseau, Le Monde des Livres
Revue de presse de parutions récentes d'ouvrages collectifs.

28/04/10
- Les survivants d'Haïti (France 3)
Un document de Edouard Bergeon, Michaëlle Gagnet et, Eléonore Gay. Produit par Tony Comiti, avec la participation de France Télévisions, pôle France 3. Présenté par Béatrice Schönberg.
16H53 à Port-au-Prince. Une secousse très violente, de magnitude 7, ébranle tout le pays. Elle ne va durer que 48 secondes et sera suivie de deux autres secousses très importantes. … Que vont devenir ceux qui ont échappé à la mort? Comment la vie reprend-elle son cours? Trois équipes vont filmer, suivre des Haïtiens, adultes, enfants, dont ceux d'une crèche, en attente d'adoption.
Cette émission, initialement programmée le 15 avril 2010, avait été remplacée par un hommage à Jean Ferrat.
Déconseillée aux moins de 10 ans

22/04/10 - Quitter Paris pour Port-au-Prince (France Info)
Après plus de trente ans passés à Paris, Jean-Marie Theodat, maïtre de conférence à la Sorbonne, a décidé de revenir vivre en Haïti, et d’aider à remettre sur pied l’enseignement supérieur.
Jusqu’à quand ? On verra bien. Peut-être toujours.
Ecoutez l’interview de cet homme qui a tout quitté, femme, enfants et travail pour une toile de tente dans un jardin de Port Au Prince.
Les choix de France Info: une émission de Nicolas Poincaré.

15/03/10 - Les survivants d'Haïti (France 3)
émission déprogrammée et reportée, remplacée par un hommage à Jean Ferrat
Un document de Edouard Bergeon, Michaëlle Gagnet et Eléonore Gay
Produit par Tony Comiti, avec la participation de France Télévisions, pôle France 3
Présenté par Béatrice Schönberg
16H53 à Port-au-Prince. Une secousse très violente, de magnitude 7, ébranle tout le pays. Elle ne va durer que 48 secondes et sera suivie de deux autres secousses très importantes. … Que vont devenir ceux qui ont échappé à la mort? Comment la vie reprend-elle son cours? Trois équipes vont filmer, suivre des Haïtiens, adultes, enfants, dont ceux d'une crèche, en attente d'adoption.

14/03/10 - “Les adoptés sont en situation de détresse psychologique” (France Soir)
Médecin à la consultation d’orientation et de conseils en adoption de Versailles (Yvelines), le Dr Pierre Foucaud précise pour France-Soir les particularités qui peuvent entourer l'état des enfants adoptés arrivant d'Haïti: détresse psychologique, choc (pas toujours visible dans les premiers temps), parasitoses diverses, troubles digestifs,etc. Le docteur Foucaud évoque aussi le dispositif d'accueil créé en Guadeloupe, "un lieu d’accueil parents-enfants afin de favoriser des interactions positives".

14/03/10 - "L'adoption, ce n'est pas un geste humanitaire" (Midi Libre)
Frédéric Mason, président d'Enfance et familles d'adoption 34, revient sur le drame en Haïti et les procédures ralenties.
"Le grand public a été très sensibilisé. Les demandes pour adopter les enfants ont afflué. Or il ne faut pas tout mélanger. L'adoption, ce n'est pas un geste humanitaire. Ça part avant tout de la volonté de construire une famille quand la filiation classique n'est pas possible", rappelle Frédéric Mason. Les règles en vigueur doivent être minutieusement respectées ; et celles du pays de l'enfant avant tout. "On ne peut et ne doit pas s'imposer, s'ingérer face au droit d'autorité d'un autre territoire."

04/03/10 - Anderson commente l'avant et l'après séisme à Haïti (Ouest-France)

Anderson Denis, Haïtien d'origine, étudiant et Montlimartois d'adoption, a participé tout récemment au centre social à une soirée bol de riz en faveur des enfants en Haïti. "Les gens sur tout le secteur me connaissent depuis longtemps. Ils savent que moi et mon frère Pierre-André avons été adoptés et de surcroît n'ignorent pas nos origines. Presque deux décennies plus tard, nous sommes retournés sur la terre qui nous a vus naître. Découvrir Haïti avec nos yeux d'adultes a été terrible. Rien à voir avec les cartes postales ou des images ciblées sur le net. C'était quelques mois avant le séisme".

04/03/10 - 23 adoptés haïtiens bientôt évacués (Le Figaro)
Vingt-trois enfants haïtiens adoptés par des familles françaises vont être prochainement évacués vers la Guadeloupe pour y recevoir des soins appropriés, a déclaré le ministre des Affaires étrangères, Bernard Kouchner. "Vingt-trois enfants en mauvais état physique vont être envoyés en Guadeloupe d'ici une semaine", a dit le ministre lors d'une conférence de presse. "Leur vie n'est pas en danger mais ils ont besoin d'un traitement", a-t-il ajouté, précisant qu'ils avaient entre 9 mois et 8 ans et qu'ils souffraient de dénutrition, de dermatose ou d'affections pulmonaires.

10/02/10 - Entretien avec Geneviève Miral, présidente d'Enfance & Familles d'Adoption: Comment aider les familles à bien accueillir les enfants haïtiens? (La Croix)

Pour cette responsable associative, à la tête d’une fédération regroupant 92 associations, un suivi des familles accueillant des enfants haïtiens est indispensable. Elle demande au premier ministre François Fillon de réunir le Comité interministériel de l'adoption

Geneviève Miral:
Près de 400 enfants haïtiens sont arrivés en France; d’autres doivent encore arriver, notamment aujourd’hui. En Haïti, la procédure d’adoption est particulière: quand les enfants arrivent à l’orphelinat, ils font l’objet d’un "apparentement", c’est-à-dire qu’ils se voient attribuer des parents adoptifs, le reste de la procédure, notamment le consentement éclairé des parents biologiques, n'intervenant qu'ensuite. D’où, souvent, une très longue attente pour les familles en France, qui connaissent leur enfant mais doivent attendre que la procédure soit bouclée pour l’accueillir enfin.

La situation d’urgence liée au séisme a créé une grande angoisse chez ces familles françaises, doublée d’un sentiment d’impuissance. Certaines d’entre elles ont demandé que les procédures soient accélérées afin de pouvoir accueillir les enfants plus vite. Au total, 900 familles environ se sont manifestées auprès du service d’adoption internationale. Les dossiers n’ont pas pu être tous complétés en Haïti

Aujourd’hui, nous alertons les pouvoirs publics sur un certain nombre de problèmes liés à l’arrivée en urgence de ces enfants haïtiens. Nous regrettons qu’il n’y ait aucune concertation entre les différents ministères concernés: famille, affaires étrangères, justice (il y aura des prononcés d’adoption en France), intérieur (les préfectures doivent délivrer des documents), conseils généraux.

Nous avons demandé dans un courrier au premier ministre de convoquer le Comité interministériel de l’adoption mais la réponse faite ne correspond pas vraiment à nos questionnements et à nos demandes. C’est regrettable car il nous paraît indispensable que ce comité se réunisse pour lister les problèmes et tenter d’y répondre.

Ces enfants ont besoin d’un statut complet et les familles qui les accueillent ont besoin de souffler. Il faut aussi qu’on les aide à boucler leurs dossiers. Or, certaines se retrouvent dans des imbroglios administratifs terribles, notamment parce que les dossiers n’ont pas pu être tous complétés en Haïti, à cause de la catastrophe.
Créer un pont entre un avant et un après

Ces tracasseries se rajoutent à l’angoisse, et à la difficulté que représente l’accueil d’un enfant qui a vécu plusieurs traumatismes. Ces enfants sont partis de leur pays de façon rapide et peu préparée. Ils ne comprennent pas ce qui leur arrive. Ils ont certes été pris en charge à Orly, à leur arrivée, mais cet accueil d’urgence, aussi professionnel soit-il, ne suffit pas. Il est nécessaire de suivre l’évolution de ces enfants.

Nous nous interrogeons sur l’opportunité d’organiser un accueil en plusieurs étapes avec un "sas" en Guadeloupe, par exemple, où les enfants pourraient se poser quelques jours, être pris en charge plus longtemps. On leur raconterait leur histoire, en mettant des mots sur ce qu’ils ont vécu. Ce serait un moyen de créer un pont entre un avant et un après. Les parents pourraient aussi rencontrer leurs enfants dans de meilleures conditions que dans l’urgence et la froideur d’un aéroport parisien.
Recueilli par Solenn DE ROYER

10/02/10 - La France, premier pays adoptant, loin devant les Etats-Unis
(Le Monde)
"Selon le ministère des affaires étrangères, 326 petits Haïtiens, dont le jugement d'adoption par des familles françaises avait été prononcé avant le séisme du 12 janvier, ont été amenés en métropole, par plusieurs vols successifs, entre le 22 janvier et le 9 février. Environ 140 autres 'sont attendus dans les jours à venir'. D'ici à la fin de la semaine, la quasi-totalité des 418 familles se prévalant, pour 482 enfants (compte tenu des fratries), d'un jugement prononcé par une juridiction haïtienne, auront donc pu accueillir leur enfant sur le sol français."

Pour rappel:
En 2009, 651 visas pour adoption ont été délivrés pour des enfants nés en Haïti, 731 pour 2008, 403 en 2007. Depuis 10 ans, la France est de loin le premier pays pour les adoptions en Haïti, mais un changement se profilait avant le séisme, puisque un millier d'enfants étaient en cours d'adoption par des familles américaines.
Dans son communiqué du 01/02/2010, EFA soutient toute recherche de solution impliquant l'accord au cas par cas des autorités haïtiennes pour les enfants pour lesquels une procédure d'adoption avait été engagée avant le 12 janvier 2010, dans le cadre des deux procédures autorisées par la législation française et reconnue par les autorités haïtiennes, démarche par organisme autorisé pour adoption ou démarche individuelle.

04/02/10 - Edition spéciale Haïti (Courrier international)
Courrier International du 4 au 10 février.
Un dossier spécial rédigé avec des journalistes de la presse haïtienne
Des textes exclusifs disponibles également sur Internet:
http://www.courrierinternational.com/

02/02/10 - Les autorités haïtiennes dénoncent un trafic d'enfants depuis le séisme (Nouvel Obs)
L'Institut haïtien du Bien-être social (IBES), responsable des adoptions d'enfants en Haïti, a dénoncé dimanche 31 janvier un trafic d'enfants dans le pays depuis le séisme du 12 janvier. Si des centaines d'enfants dont les dossiers étaient finalisés ou en cours de finalisation avaient pu bénéficier de visas pour partir en toute régularité, la désorganisation du pays est exploitée par certaines personnes qui "en profitent pour se livrer à une véritable traite d'enfants", selon la responsable de l'IBES, Jeanne-Bernard Pierre.

31/01/10 - Orphelins d'Haïti (France 3, magazine 7 à voir)
Reportage par Paul Labrosse, Christophe Monteil, Emmanuel Charieras, Anne-Dominique Termont
Alors que le pays se relève péniblement, les Haïtiens s’organisent pour tenter de survivre. Quel est l’avenir des plus fragiles, c’est-à-dire des enfants ? Nous avons été à la rencontre des orphelins d’Haïti. Certains étaient en phase d’adoption avant le séisme, leurs futurs parents français nous ont demandé d’essayer de les retrouver. D’autres ont perdu un parent pendant la catastrophe. Pour ceux-là, des ONG tentent de les préserver de la rue, de la faim et des trafics. Elles veulent éviter l’apparition d’orphelinats fantômes et des procédures d’adoption trop hâtives.
Reportage suivi d'un débat sur "Comment sauver les enfants d'Haïti?" réunissant Paul Labrosse (reporter), Bénédicte Jeannerod (porte-parole de l'UNICEF) et Marie-Georges Buffet (secrétaire-générale du parti communiste): le débat a évoqué l'arrestation quelques heures plus tôt de dix Américains qui cherchaient apparemment à faire sortir une trentaine d'enfants de Haïti sans autorisation, les risques d'instrumentalisation de la détresse de la population et les solutions telles que le parrainage à distance pour les enfants qui ne faisaient pas l'objet d'un projet d'adoption avant le séisme.

31/01/10 - Arrestation (30 janvier 2010) d'un groupe d'Américains qui auraient tenté d'enlever une trentaine d'enfants (TF1)
Un groupe d'Américains a apparemment tenté d'enlever ces 33 enfants à la faveur du chaos qui règne dans le pays depuis le séisme. Une organisation caritative assure que ces enfants ont encore de la famille. Selon la directrice du centre qui héberge les enfants: "En parlant avec des enfants plus grands, âgés de plus de sept ans, nous avons appris que leurs parents sont en vie. Certains nous ont donné des adresses et des numéros de téléphone".

30/01/10 - Nadine Morano annonce la création d'une commission franco-haïtienne (Le Républicain lorrain)
Extrait: L’urgence sanitaire était notre priorité. Il reste 14 orphelinats debout sur les 80 que comptait Haïti. On a transféré dans les hôpitaux de Martinique et Guadeloupe les enfants blessés. Certains sont en situation d’adoption, pour d’autres on ne connaît même pas leur identité, ni s’il leur reste de la famille. Il faut savoir en outre que certaines familles qui avaient confié leur enfant aux crèches, parfois pour l’adoption, parce qu’elles n’avaient pas le moyen de l’élever, ont perdu leurs autres enfants dans le séisme. Ces familles reviennent vers les crèches pour reprendre leur enfant. Il ne faut pas se précipiter ni travailler dans la hâte. Ce serait terrible d’avoir des adoptions contestées par la suite!

26/01/10 -
(AFP) En visite à Guadeloupe, Nadine Morano, Secrétaire d'Etat à la Famille et à la Solidarité, a annoncé la création d'un centre d'accueil des enfants haïtiens en voie d'adoption. Mme Morano s'est rendue, sitôt son arrivée de Paris, où elle avait accueilli dans la matinée une soixantaine d'enfants haïtiens, au CHU de Pointe-à-Pitre où sont hospitalisés des petits Haïtiens évacués de leur pays dans l'urgence avec de graves blessures à la suite du séisme du 12 janvier. Certains d'entre eux, qui ne sont pas en attente d'adoption, ne possèdent pas de documents d'identification permettant de retrouver leurs familles sur place. La secrétaire d'Etat a ensuite présidé une réunion destinée à "préparer la phase post-urgence des enfants en attente d'adoption" par des familles françaises. "J'en ai vu qui arrivaient à Paris prostrés et réfugiés dans le mutisme, après avoir subi de multiples traumatismes: celui de l'abandon, du séisme, puis du transfert", a déclaré Mme Morano à l'AFP. Elle a poursuivi en indiquant qu'elle souhaitait que "l'accueil et la rencontre des enfants avec leurs familles adoptantes s'effectuent dans des conditions normalisées" La plupart des enfants haïtiens arrivés en France ces derniers jours "n'avaient jamais rencontré leurs parents" français, a-t-on appris dans l'entourage de la secrétaire d'Etat. Avant de quitter la Guadeloupe, Mme Morano a annoncé qu'un centre d'accueil des enfants en voie d'adoption allait être créé en Guadeloupe, dans un centre de vacances actuellement inoccupé. "Ils seront accueillis en Guadeloupe par des personnes qui parlent aussi le créole, par des personnels spécialistes de la petite enfance", a-t-elle indiqué. Ce centre permettra, selon elle, "cette phase de contact, de transition, d'accueil et de rencontre" avec les familles adoptantes. La secrétaire d'Etat a également décidé de créer en Guadeloupe une "Consultation d'orientation et de conseils à l'adoption" (Coca), qui existe déjà dans quatorze régions françaises, "pour assurer le suivi de longue durée" des enfants haïtiens adoptés par des familles françaises.

25/01/10
- Bruxelles (Belga, Belga News Agency)
Haïti: les futures demandes d'adoption en Communauté française (Belgique) bloquées
La direction Adoption de la Communauté française, confrontée à une forte demande d'adoptions d'enfants haïtiens consécutive au séisme, n'engagera plus ces prochains mois de procédures nouvelles avec Haïti concernant d'éventuels orphelins de la catastrophe, afin de laisser le temps de vérifier si de la famille peut être retrouvée sur place.

25/01/10 – Bruxelles (Belga, Belga News Agency)
Haïti: 13 enfants adoptés sont arrivés à Melsbroek (Belgique)

25/01/10 -
Bruxelles (Deutsche Presse Agentur): pas de plan européen pour l'adoption des enfants victimes du séislme
La Commission européenne a fait savoir que l’Union européenne ne compte pas élaborer de plan européen pour faciliter les adoptions des enfants victimes du séisme. Selon le porte-parole Michele Cercone, "un cadre européen pour l’adoption paraît prématuré à ce stade et la commission européenne n’a pas de compétences en matière d’adoption". L’exécutif européen ne "s’oppose pas à l’accélération des procédures existantes d’adoption"; toutefois, la commission invite "les pays membres à une grande prudence" dans les plans qu’ils mettraient en place.

Vendredi, des responsables des Nations unies ont signalé qu’un "nombre important" d’enfants auraient pu quitter Haïti depuis le séisme sans que toutes les mesures légales aient été prises. Certains enfants avaient des documents montrant qu’ils étaient autorisés à quitter le pays pour rejoindre leur famille adoptive dans un autre pays, mais d’autres n’en avaient pas ; les responsables en appellent à un respect des conventions internationales en matière d’adoption malgré le chaos dans le pays. (synthèse en français d'un communiqué en anglais)


23/01/10 - 33 enfants haïtiens sont arrivés à Paris,
où ils ont pu rejoindre leur famille. D'autres enfants devraient être évacués très prochainement.

Couverture importante de l'arrivée des enfants:
L'Express, France Info, Le Point, etc. L'article du Point rappelle les mises en garde des ONG contre le départ précipité d'enfants qui n'auraient pas fait l'objet d'un jugement ou d'un apparentement avant le 12 janvier 2010.

22/01/10 -  Haïti rappelle au monde l'universalité de la douleur (Le Monde)
Né en 1961, Jean-Marie Théodat est maître de conférences en géographie à l'Université Paris I. Dans cet entretien, il aborde la mobilisation internationale, la prise de contrôle de l'aéroport par les Américains, la notion de "malédiction", la reconstruction, les perspectives.

21/01/10 - Adoptions en Haïti: l'angoisse des familles françaises (Le Figaro)

20/01/10 -
Face à la catastrophe qui a touché l'île d'Haïti, La Voix des Adoptés communique et se mobilise: soutenir l'aide d'urgence, permettre aux enfants dont le jugement d'adoption a été prononcé de rejoindre leurs parents, prudence pour les autres procédures en cours, arrêt des nouvelles adoptions, soutien aux autres enfants en Haïti et aux enfants d'origine haïtienne en France, mesures pour l'arrivée de ces "enfants doublement traumatisés", afin "d'accueillir ces enfants revenus de l'enfer et préparer leurs familles aux conséquences" potentielles.

20/01/10 - Luxembourg:
Le premier ministre haïtien a autorisé l'évacuation vers le Luxembourg de 14 enfants pour lesquels une procédure d'adoption avait été engagée avant le 12 janvier 2010. Mais il n'est pas aisé de trouver des places sur un vol, au vu des grandes difficultés qui règnent sur l'aéroport: d'où des mises en garde des autorités luxembourgeoises "contre la diffusion d’informations non confirmées sur la date de retour des enfants afin de ne pas susciter de faux espoirs auprès des parents".

20/01/10 - Rappel d'EFA - Démarche individuelle et démarche par organisme autorisé pour l'adoption: deux démarches légales, en Haïti et dans tous les pays qui les autorisent. Lire la suite

20/01/20 - Séisme en Haïti et adoption internationale: priorité à la réunification avec les familles de naissance; possibilité d'accélérer le transfert de l'enfant en cas de procédure d'adoption menée à terme; risques que posent les procédures hâtives pour les parents et les enfants; priorité à la protection de l'enfance… Extraits de la note d'information de la conférence de La Haye de droit international privé.


19/01/10 -
Les enfants en état de stress intense; le traumatisme additionnel d'un déplacement hâtif: les mises en garde du Service social international (SSI)
Le Service social international (SSI) rappelle quelques principes: priorité aux opération en cours pour répondre aux besoins du plus grand nombre.
Pour les adoptions engagées, ayant débouché sur un jugement d'adoption: réunir les garanties nécessaires sur l'identification des enfants et la vérification des éléments des dossiers, réévaluer l'adoptabilité psychosociale des enfants.
Pour les autres enfants: n'entreprendre aucune démarche. Tout cela nécessite du temps, la priorité doit être donnée au regroupement des enfants avec d'autres enfants ou adultes qu'ils connaissent, aussi près de leur milieu de vie habituel que possible.
Le SSI souligne le stress intense des enfants et le traumatisme additionnel d'une évacuation vers un nouveau pays. "L'évacuation de ces enfants ou leur placement temporaire dans des familles à l'étranger sont traumatisants. Il s'agit d'un bouleversement qui s'ajoute aux traumatismes que subit déjà l'enfant."
Enfin, le SSI appelle les pays d'accueil à oeuvre avec les ONG et l'ONU dans la recherche d'une approche commune pour "éviter les décisions contradictoires et les initiatives malheureuses". Il invite "les différents acteurs de l'adoption internationale à faire preuve de retenue et de réflexion dans la gestion de la crise en cours, et d'éviter de donner des réponses émotionnelles à une question aussi délicate que l'adoption internationale de ces enfants".

19/10/01 - L'inquiétude des parents français en cours d'adoption en Haïti (Libération): Plusieurs orphelinats ont été touchés par le séisme. En France, les parents qui s'apprêtaient à adopter un enfant haïtien se mobilisent pour que les secours parviennent aux jeunes survivants.



18/10/01 - USA: dispositions pour les orphelins de Haïti
Les Etats-Unis mettent en place des dispositions au cas par cas permettant l'arrivée d'enfants (1) ayant fait l'objet d'une adoption et (2) adoptables et apparentés avant le 12 janvier 2010. Des dispositions additionnelles pourront être prises pour des mineurs isolés. Afin de compléter les documents qui ne pourraient tous être réunis, les autorités américaines invitent les familles à réunir d'autres pièces pouvant attester de liens avec les enfants: photos, preuves que les procédures avaient été engagées avant le 12 janvier 2010, des informations complémentaires émanant des crèches, etc.

18/01/10 - Haïti: des adoptions accélérées (Le Figaro) La France va accélérer le transfert des enfants haïtiens en voie d'adoption par des familles françaises, à la demande du président Nicolas Sarkozy. Les ministères concernés ont organisé une réunion à l'Elysée (AFP - 19:31).

18/01/10 - France Inter 13h
: Geneviève Miral, présidente d'Enfance et Familles d'Adoption, a salué les annonces faites visant à prendre en charge les enfants dont les dossier administratifs étaient prêts. Elle a souligné la situation difficile du fait que les enfants sont répartis dans de nombreuses crèches. A la question "faut-il accélerer les procédures?", elle a répondu qu’il ne s’agissait pas seulement d’accélérer les procédures, mais aussi de donner une garantie que les conditions légales seront remplies pour que les enfants puissent avoir un regard limpide sur leur adoption. Elle a également insisté sur l'importance de mettre en place un accompagnement des familles.

18/01/10 - L'Unicef appelle à "ne pas se précipiter" pour l'adoption d'enfants haïtiens
(Sud-Ouest et France Info): "La position de l'Unicef, c'est de dire pas de précipitation: on est dans une phase de réponse à une urgence qui est absolument catastrophique et qui a déstabilisé, destructuré toutes les autorités du pays", a expliqué sa porte-parole Bénédicte Jeannerod. "Prenons le temps - même si c'est extrêmement difficile pour les familles qui sont en attente - d'avoir une meilleure vision de ce qui se passe pour ces enfants là-bas".



18/01/10 - Plusieurs Etats cherchent à accélérer les procédures d'adoption en cours à Haïti (BBC News)
: Des enfants haïtiens adoptés par des familles néerlandaises sont arrivées aux Pays-Bas dimanche 17 janvier 2010. Selon des responsables néerlandais, une centaine d'enfants devraient prochainement arriver aux Pays-Bas. Aux Etats-Unis, Hillary Clinton, secrétaire d'Etat, "dirige personnellement" les efforts visant à identifier les enfants adoptables, de finaliser la procédure afin qu'ils puissent regagner leurs nouveaux foyers. Le département d'Etat souligne qu'il ne s'agira que des adoptions finalisées par les autorités haïtiennes. L'aspect de leur sécurité ne doit pas occulter la clarification quant à leur statut, il y a une procédure juridique à respecter, selon un porte-parole. Le Canada étudie la délivrance de visas pour les adoptions en attente.
Le diocèse catholique à Miami, qui a une communauté haïtienne importante, a proposé un pont aérien pour permettre à des centaines d'enfants haïtiens d'être accueillis. Toutefois le Joint Council on International Children's Services souligne que la priorité doit aller à la sécurité des enfants de Haïti et à l'aide d'urgence dont ils ont besoin. "Apporter des enfants aux Etats-Unis par avion ou par de nouvelles adoptions en temps d'urgence peut ouvrir la porte à la fraude, aux abus et aux trafics".



18/01/10 - France Info:
Pierre Zwahlen, porte-parole de Terre de Hommes, alerte sur le risque de trafic d'enfants

18/01/10 - CNN:
Les autorités américaines et néerlandaises mettent en place des procédures d'urgence pour les enfants faisant l'objet d'un projet d'adoption. Des mesures de mise en sécurité et de regroupement sont pris pour des enfants séparés de leurs parents de l'autre côté de la frontière haïtienne, en République dominicaine.

18/01/10 - Poynter:
Selon des experts, ce n'est pas le moment d'entamer des procédures d'adoption des victimes du séisme en Haïti (en anglais): difficultés à finaliser les adoptions engagées (documents disparus); les enfants isolés ne sont peut-être pas orphelins; risque de pressions et de fraudes

18/01/10 - France Info:
Invité B. Kouchner sur France info à 8h17 ce matin.   (à7mn12 de l’interview)

Impossible de relayer toutes les informations: voir aussi les sites web des grands journaux de la presse française, radio et télévision.

17/01/10: Haïti, "la plus grave crise humanitaire depuis des décennies" (L'Express)
NEW YORK - Le séisme qui a ravagé Haïti et fait des dizaines de milliers de morts est "la plus grave crise humanitaire depuis des décennies", a déclaré dimanche le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, juste avant de partir pour Port-au-Prince.


17/01/10 (14h18): Adoption en Haïti: prudence des autorités face à l'impatience des familles (L'Express)
Pour la présidente d'Enfance et famille d'adoption (EFA), Geneviève Miral, "l'urgence, c'est l'aide sur place, c'est trouver des solutions pour tous les enfants, pas seulement ceux qui vont être adoptés".
"On comprend très bien l'angoisse des familles. On les a au téléphone. On va mettre des soutiens en place dans les départements", poursuit la responsable qui plaide pour une "action réfléchie". "Aujourd'hui, les dossiers sont dans les décombres, la précipitation peut être mauvaise conseillère".

16/01/10 (19h05): Les adoptants français de petits Haïtiens sans nouvelles (20 minutes)
(…) Selon Claire Tridon, des informations - relatant des situations «très diverses» selon les endroits - circulent sur une «trentaine de crèches» sur la «petite soixantaine» où se font des adoptions dans l'île. Mais «certaines crèches isolées n'ont pas encore été jointes par téléphone». Plusieurs associations d'adoption diffusent aussi des informations directement sur leur site, comme Les Amis des enfants du monde, citant des sms et e-mails de directeurs de crèches. (…)

16/01/10: Le drame des familles adoptives françaises (Le Parisien)

16/01/10: L'inquiétude des familles adoptives (Europe 1)
Les familles tentent d’obtenir des nouvelles des crèches de l'île, grâce aux forums et blogs internet spécialisés. "Les familles n'ont pas de nouvelles par les circuits officiels (...) mais il y a énormément de choses qui passent par internet" en particulier sur "les forums d'adoptants", indique Claire Tridon, d'Enfance & Familles d'adoption. "On essaie de ne pas encombrer les lignes téléphoniques: quand quelqu'un a des nouvelles, elles sont diffusées" par internet, poursuit Claire Tridon, précisant n'avoir pas eu de nouvelles des crèches directement.

15/01/10 - 20h: France 2, Journal de 20h. Un point sur les familles en attente d'un enfant de Haïti, et sur l'inquiétude d'enfants ayant été adoptés en Haïti, avec un commentaire de Geneviève Miral, présidente d'Enfance & Familles d'Adoption.

15/01/10 - 12h30
: Selon une dépêche de l'Agence France Presse, le Quai d'Orsay, en lien avec l'Agence française de l'adoption (AFA) recense des familles actuellement en procédure d'adoption en Haïti. Pas de communiqué actualisé sur ce point pour le moment sur le site de l'AFA ni du ministère (voir ci-dessous).

 
Haïti: la situation dans les crèches
06/03/10 - Tableau des visites aux crèches disponible sur le site de l'ambassade de France en Haïti. L'ambassade a mis en ligne un tableau récapitulatif des visites effectuées aux crèches et de l'aide apportée: eau, nourriture, vaccinations, produits hygiéniques, évaluation médicale. Les visites ont été menées avec l'Unicef et le Programme alimentaire mondial (PAM), et concernent près de 70 crèches. Ces visites se poursuivent toujours et le tableau continuera d'être actualisé.
Lire la suite...
 

Voeux2010_EFA_BD

"Un des droits fondamentaux de tout enfant est celui de bénéficier d'un projet de vie permanent et de grandir dans une famille quand cela est possible."
Les associations départementales d'Enfance & Familles d'Adoption et l'équipe fédérale adressent à tous leurs voeux les meilleurs et vous donnent rendez-vous en 2010 pour continuer de défendre la cause des enfants.
 
Haïti: points de vue

Séisme, enfants, survie, évacuation, devenir, images, médiatisation… Professionnels, parents, enfants adoptés, citoyens, d'Haïti, d'ici et d'ailleurs, livrent leur réflexion après le séisme du 12 janvier 2010.
Lire la suite...
 
Urgence Haïti
21/01/10 - Messagerie d'alerte pour les crèches au MAEE: Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.  
Lire la suite...
 
Haïti: ne pas confondre humanitaire et adoption
01/03/10 - Un espoir pour les enfants de Haïti (Time Magazine, 8 mars 2010)
Un reportage dans les pas d'une bénévole, une thérapeute haïtienne, qui participe au programme de l'UNICEF, de Save The Children et d'autres ONG: ce programme vise à recenser les enfants orphelins ou séparés de leurs parents et à retrouver des membres de leur famille élargie qui puisse les prendre en charge: enquête, accompagnement des enfants, dont la mémoire est affectée par le traumatisme subi, vérifications sur le terrain, soutien aux familles. L'article est complété par un dossier photo en ligne: http://time.com/haiti_kids

04/02/10 - Haïti: les dix Américains inculpés, l'Unicef lance un cri d'alarme

L'Unicef a estimé que le séisme du 12 janvier avait provoqué "la plus grave crise de protection des enfants jamais vue" en raison du grand nombre d'orphelins et d'enfants séparés de leurs parents. "Les risques de traite des enfants, d'enfants vendus dans des conditions proches de l'esclavage ou d'adoption illégale sont significatifs", a déclaré la directrice générale adjointe du Fonds des Nations unies pour l'enfance, Hilde Johnson. Près de 40% de la population haïtienne a moins de 14 ans.

03/02/10 - Ces enfants enlevés par des baptistes (Le Temps)
Un reportage dans Le Temps (Suisse). Jean-Louis Le Touzet, envoyé spécial à Port-au-Prince, est allé à la rencontre des familles du lieu-dit La Calebasse. Là-haut, à 1000m d'altitude, personne ne vient jamais ("le monde nous a oubliés") mais, ce jour-là, des baptistes sont venus trouver les parents et leur promettre un "avenir de lait et de miel" pour leurs enfants, "avec des livres, beaucoup de livres, des enfants sages, de quoi manger, et de bons professeurs qui vont leur apprendre les langues pour trouver un bon métier". Témoignages de parents qui ont voulu croire en un avenir meilleur pour leurs enfants, mais auxquels on n'a laissé aucune adresse de destination quand le minibus est reparti avec une vingtaine d'enfants…

31/01/10 - Arrestation (30 janvier 2010) d'un groupe d'Américains qui auraient tenté d'enlever une trentaine d'enfants (TF1)
Un groupe d'Américains a apparemment tenté d'enlever ces 33 enfants à la faveur du chaos qui règne dans le pays depuis le séisme. Une organisation caritative assure que ces enfants ont encore de la famille. Selon la directrice du centre qui héberge les enfants: "En parlant avec des enfants plus grands, âgés de plus de sept ans, nous avons appris que leurs parents sont en vie. Certains nous ont donné des adresses et des numéros de téléphone".

26/01/10 - Attention au phénomène "Arche de Zoé" (Le Monde)
Rony Brauman, cofondateur et ancien président de Médecins sans Frontières: "Dans des situations de catastrophe où beaucoup d'étrangers sont présents, des rumeurs de trafic et d'enlèvements d'enfants se développent, pas toujours à tort. Il faut mettre en garde les ONG et les personnes qui feraient preuve d'une ardeur adoptante un peu trop forte, leur dire que ce n'est pas le moment". Il aprouve l'accéléraation des dossiers d'adoption en cours, mais invite à plus de retenue: "Caméra dans l'avion, madame la présidente [Carla Bruni] à l'arrivée : on en fait beaucoup trop. En ces temps de catastrophe, un peu de décence et de retenue ne sont pas de mauvais conseil."


23/01/10 - Mises en garde contre des évacuations hâtives  (Le Point)

Plusieurs gouvernements ont annoncé des mesures pour accélérer les procédures d'adoption afin de permettre aux orphelins concernés d'être mis hors de danger. Ces annonces ont créé un début de polémique.

Des ONG comme Save the Children ou World Vision craignent que, dans la précipitation, l'accélération des procédures ne brise des familles et déraciner des enfants.

Parallèlement, le Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef) a annoncé vendredi qu'une quinzaine d'enfants avaient disparu d'hôpitaux après le séisme. Jacques Boyer, délégué adjoint de l'Unicef en Haïti, a évoqué sur RTL "un cas assez important" jeudi à l'aéroport de Port-au-Prince, où "une ONG américaine s'apprêtait à faire quitter le territoire à des enfants en très bas âge, entre zéro et un an".


22/01/10 - Enfants disparus en Haïti (Libération)
L'Unicef affirme que quinze jeunes Haïtiens ont disparu des hôpitaux, alertant sur une possible traite des enfants.

21/01/10 - L'ONG Save the Children, présente en Haïti, souhaite que les enfants dont les procédures d'adoption étaient finalisées puissent rejoindre leurs parents. Elle demande que de nouvelles procédures d'adoption pour des enfants affectés par le séisme ne soient pas engagées et souhaite que la reprise des adoptions internationales ne soit envisagée que bien ultérieurement. La priorité est de prendre soin des enfants, de les soigner et les protéger, tout en leur permettant la possibilité de retrouver des membres de leur famille - ce qui prend du temps. Dans le cas contraire, il sera possible d'envisager leur adoptabilité au cas par cas.


20/01/20 - Séisme en Haïti et adoption internationale:
extraits de la note d'information et communiqué de presse de la conférence de La Haye de droit international privé
Dans un contexte de désastre, tel que celui résultant du séisme, les efforts pour réunir un enfant déplacé avec son ou ses parents, ou des membres de sa famille, doivent être prioritaires. Toute tentative prématurée et non régulée visant à organiser l’adoption d’un enfant à l’étranger devrait être évitée.
Dans le cas où une adoption a été menée à terme par un tribunal haïtien et que toutes les précautions ont été appliquées, mais où certaines démarches administratives (par exemple ayant trait aux documents permettant à l’enfant de voyager) n’auraient pas été terminées, l’accélération du transfert de l’enfant vers le pays où il est appelé à vivre avec ses parents adoptifs peut se justifier. Il est indispensable de vérifier l’identité de l’enfant avant son départ.
Un désastre humanitaire tel que le séisme ne devrait pas être l’occasion de contourner des mesures de précautions indispensables dans le cadre d’adoptions sécurisées.
De telles précautions visent à éviter une situation où l’enfant serait placé auprès de parents adoptifs potentiels, et où le processus de nouage de liens et d’intégration commencerait, mais auquel il devrait être mis fin parce que des obstacles juridiques ou de irrégularités seraient apparues, avec risque de séquelles pour l’enfant et source de souffrance pour les parents adoptifs potentiels.
Ces considérations s’appliquent aussi à toute situation d’urgence. En effet, dans des situations où les services de prise en charge et de protection de l’enfance se sont effondrées, comme en Haïti, les risques d’adoptions insécurisées sont encore plus importants. C’est pourquoi, dans des contextes aussi tragiques, l’accent devrait être mis sur la protection de l’enfance plutôt que l’adoption.


19/01/10 -
Alors que les demandes de renseignements pour l'adoption d'enfants haïtiens explosent en Suisse depuis le séisme du 12 janvier 2010, les spécialistes de l'adoption, dont Terre des Hommes, soulignent que les conditions ne sont pas réunies pour pouvoir engager de nouvelles démarches d'adoption. Voir 20minutes.ch

18/01/10 - Le Service social international (SSI) rappelle quelques principes priorité aux opération en cours pour répondre aux besoins du plus grand nombre. Pour les adoptions engagées, ayant débouché sur un jugement d'adoption: réunir les garanties nécessaires sur l'identification des enfants et la vérification des éléments des dossiers, réévaluer l'adoptabilité psychosociale des enfants. Pour les autres enfants: n'entreprendre aucune démarche. Tout cela nécessite du temps, la priorité doit être donnée au regroupement des enfants avec d'autres enfants ou adultes qu'ils connaissent, aussi près de leur milieu de vie habituel que possible. Le SSI souligne le stress intense des enfants et le traumatisme additionnel d'une évacuation vers un nouveau pays. "L'évacuation de ces enfants ou leur placement temporaire dans des familles à l'étranger sont traumatisants. Il s'agit d'un bouleversement qui s'ajoute aux traumatismes que subit déjà l'enfant." Enfin, le SSI appelle les pays d'accueil à oeuvre avec les ONG et l'ONU dans la recherche d'une approche commune pour "éviter les décisions contradictoires et les initiatives malheureuses". Il invite "les différents acteurs de l'adoption internationale à faire preuve de retenue et de réflexion dans la gestion de la crise en cours, et d'éviter de donner des réponses émotionnelles à une question aussi délicate que l'adoption internationale de ces enfants".


18/01/10 - L'Unicef appelle à "ne pas se précipiter" pour l'adoption d'enfants haïtiens (Sud-Ouest et France Info): "La position de l'Unicef, c'est de dire pas de précipitation: on est dans une phase de réponse à une urgence qui est absolument catastrophique et qui a déstabilisé, destructuré toutes les autorités du pays", a expliqué sa porte-parole Bénédicte Jeannerod. "Prenons le temps - même si c'est extrêmement difficile pour les familles qui sont en attente - d'avoir une meilleure vision de ce qui se passe pour ces enfants là-bas".

Lors d'une catastrophe, l'élan et la générosité poussent souvent des personnes émues par les images de dénuement et d'enfants blessés ou isolés à se proposer en parents pour les enfants. Mais la détresse et l'urgence ne sont pas toujours bonnes conseillères. Et la solidarité n'est appelée à devoir se traduire par un projet familial. D'autres réponses sont possibles.
L’Autorité centrale québécoise (aussi dénommée Service de l’Adoption Internationale) a effectué une mise en garde contre l’adoption comme réponse à une catastrophe en rappelant « qu’il adhère aux lignes directrices établies par la communauté internationale quant à l’aide devant être fournie aux enfants en cas de catastrophe naturelle. Ces règles prévoient, notamment, qu’avant de penser à la solution qu’est l’adoption internationale, il faut tout mettre en œuvre pour retrouver les familles des enfants qui en ont été séparés. L’expérience démontre, qu’après une catastrophe naturelle, il se passe des mois, sinon une année ou deux, avant que la situation de chaque enfant soit parfaitement clarifiée. Bon nombre d’entre eux retrouvent leurs parents ou, encore, sont pris en charge par leur famille élargie ou leur communauté ».

Enfance & Familles d'Adoption rappelle que l'adoption est un projet familial, une réponse au cas par cas pour un enfant adoptable, privé de famille. Un projet d'adoption touche les individus au plus intime d'entre eux et ne saurait se mener dans l'urgence sous le coup d'une émotion liée à un événement exceptionnel. Il ne faut pas confondre adoption et démarche humanitaire.

Avant toute décision concernant le sort d'enfants isolés dans le cadre d'une catastrophe, des précautions et des investigations s'imposent afin de s'assurer qu'ils sont effectivement orphelins et sans aucune possibilité de trouver une solution dans leur environnement et dans leur pays. Cela peut prendre des mois. À ce moment-là seulement, l'adoption internationale pourra être envisagée, pour autant que les pays concernés y soient favorables. L'expérience a montré, par exemple dans le cadre du génocide du Rwanda, que les enfants peuvent être les premières victimes de solutions par trop hâtives.

Il y a cinq ans, suite au tsunami en Asie du Sud-Est, Enfance & Familles avait également préconisé la prudence.

L'action humanitaire (comme l'adoption), doit se dérouler dans un cadre professionnel et légal: Enfance & Familles d'Adoption le rappelait pour le Darfour.

Voir aussi page: comment aider la population haïtienne?
 
25 janvier 2010 à Paris: Colloque Évaluer l'adoptabilité
adoptabilite_prog_vignette Longtemps "réduite" à sa dimension juridique, la notion d’adoptabilité de l’enfant soulève depuis quelques années de nombreuses questions et suscite une large réflexion de la part des personnes chargées de l’accompagnement des enfants privés de famille. Avant d’élaborer un projet d’adoption pour un enfant, il s’agit de vérifier que celle-ci est possible, qu’elle répond à l’intérêt supérieur de l’enfant dans le respect de ses droits fondamentaux. D'où l'importance de ce colloque sur "Évaluer l'adoptabilité: la question du projet de vie de l'enfant", qui se déroulera à Paris le 25 janvier 2010.
Programme et inscription
En savoir plus
 
<< Début < Préc 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 Suivant > Fin >>

Page 19 de 22