L’adoption se ressent et se vit aussi dans son corps et sa chair. Le corps peut exprimer bien-être, mal-être ou difficultés, être porteur de traces de l’histoire pré-adoptive de l’enfant et, pour l’adolescent, les changements physiques et l’image de soi viennent parfois accentuer les questionnements identitaires. Mais le corps est aussi un formidable vecteur de la communication et de la relation parents-enfants : portage, ateliers psychocorporels, massages, jeux… favoriseront la rencontre, les échanges, la création du lien et l’attachement.

Feuilletez et commandez ce numéro

Le revue Accueil