Dans cette rubrique

 

 

 

 

 

Le Secrétariat général de l’Autorité centrale pour l’adoption internationale (SGAI) vient de mettre en ligne une information sur le régime dérogatoire concernant les candidats d’origine vietnamienne à une adoption au Vietnam.

En effet, suite à une circulaire du ministère vietnamien de la Justice, le Vietnam réserve un traitement particulier aux demandes d’adoption émanant de candidats d’origine vietnamienne, quelle que soit leur nationalité actuelle.

Cyclone en Birmanie, tremblement de terre en Chine.

Des milliers de morts, des familles endeuillées, des millions de personnes dont la vie est bouleversée. Il est difficile de rester impuissants face à ces drames humains et poussés par un élan de générosité, tous, nous voudrions faire un geste pour ceux qui nous semblent les victimes les plus exposées, les enfants.
Lire la suite

[image : logos EFA et AEM]

La lettre ouverte d’Enfance & Familles d’Adoption à Bernard Kouchner, ministre des Affaires étrangères et européennes, du 1er février 2008, a permis d’alerter sur des procédures irrégulières au Cambodge, où des familles se sont rendues directement, pour « identifier » elles-mêmes des enfants dans des orphelinats en dépit des conventions en cours.
Lire la suite

rapport_colombani

Le président de la République et le Premier ministre ont confié en octobre 2007 à Jean-Marie Colombani une réflexion sur l’adoption devant déboucher sur des propositions concrètes.

Les conclusions de cette mission ont été rendues au président de la République le 19 mars 2008.

Lire & télécharger le rapport 

Terre des Hommes a présenté le 26 février dernier une étude des pratiques comparées de six pays d’accueil devant les représentants d’autorités d’adoption puis devant des parlementaires européens (Allemagne, Espagne, Italie, Suisse, Norvège, France) en matière d’adoption internationale.

D ‘après Marlène Hofstetter, co-auteure de cette étude, les adoptions privées, insuffisamment contrôlées, sont trop souvent exposées à des filières de trafiquants d’enfants.
Terre des Hommes appelle les pays d’accueil à mettre un terme aux adoptions privées et a livré à l’Union européenne ses recommandations contre la traite et pour les droits de l’enfance.

Lire le communiqué de Terre des Hommes

Nous apprenons qu’une fois encore, un groupe d’adoptants a récemment obtenu des visas après avoir mené des procédures en violation des conventions ratifiées par la France et le Cambodge. Ces conventions — comme le précisent très clairement le site du Ministère des affaires étrangères et celui de l’Agence française de l’adoption – prévoient un encadrement exclusif par l’AFA ou OAA (à ce jour un seul est autorisé et habilité par le Cambodge), ce qui, dans ce cas, n’a pas été respecté.

EFA a remis, 1er février, une lettre publique adressée à Bernard Kouchner, ministre des Affaires étrangères, au cabinet de Rama Yade. Cette lettre souligne le risque que font courir de telles pratiques sur le regard porté sur nos enfants, sur la crédibilité des autorités françaises en matière d’éthique ainsi que le discrédit jeté sur la signature française de conventions. Lire la suite

Dans un communiqué, le ministère de la Justice et celui de la Protection de l’enfant de la République du Togo ont annoncé la suspension provisoire de toutes les procédures d’adoption au Togo.

Le communiqué indique que les personnes ayant légalement introduits une demande d’adoption devront « surseoir aux démarches entreprises à cet effet ».

Plus d’adoption pour le moment : article sur le site officiel de la République du Togo republicoftogo.com (4 février)

Un meilleur mécanisme d’adoption d’enfant en perspective pour contrer les raccourcis procéduraux : article sur le site icilome.com (7 février)

L’Agence française de l’adoption (AFA) vient de mettre en ligne sur son site un communiqué annonçant que « l’Autorité centrale malgache a informé l’Agence française de l’adoption […] de la reprise de l’adoption internationale d’enfants malgaches dans le cadre de la convention de La Haye de 1993, […] de la nouvelle loi malgache du 7 septembre 2005 relative à l’adoption et de son décret d’application du 10 Août 2006 ».

Désormais, toute demande d’adoption internationale doit être présentée conformément à la nouvelle procédure.

Nouvelle procédure et délai de procédure locale
– Transmission des dossiers des candidats à l’adoption à l’Autorité Centrale malgache effectuée uniquement par l’intermédiaire de l’AFA ou des OAA habilités à Madagascar. Les démarches strictement individuelles ne sont plus autorisées.
– Proposition d’enfant faite exclusivement par l’Autorité centrale malgache après étude du dossier. Toute adoption d’un enfant préalablement identifié est interdite, sauf cas d’adoption intrafamiliale.
– Aucun élément fourni sur les délais de traitement des dossiers par l’Autorité centrale malgache. Mais l’AFA signale que « les adoptants qui auront accepté une proposition d’enfant doivent prévoir un séjour à Madagascar d’au moins 3 mois ».

Nouvelles conditions concernant les adoptants
L’adoption n’est permise qu’aux couples mariés hétérosexuels, dont au moins l’un des époux est âgé de 30 ans minimum. L’adoption doit être demandée conjointement.
– Les adoptants ne peuvent avoir plus de trois enfants vivants à charge.
– Nul ne peut adopter plus de 3 enfants.

Mise en place d’une liste de « demandes en attente »

Dans un premier temps, une cinquantaine de dossiers seront progressivement transmis par l’AFA. Un point sur l’avancement des procédures sera fait à l’issue du premier semestre 2008.

Seules les demandes reçues à partir du 25 février 2008 au siège de l’AFA, par voie postale uniquement, seront enregistrées, par ordre d’arrivée, sur une liste de « demandes en attente « .

Comme l’on pouvait s’y attendre, le nombre d’enfants adoptés à l’étranger a très fortement chuté en 2007.
3162 visas ont été accordés pour des enfants arrivant de l’étranger, ce qui marque une baisse de 20,5 % par rapport à l’année 2006.

Les enfants sont originaires de 74 pays (69 en 2006) et les dix premiers pays d’origine représentent 76 % des adoptions internationales (79 % en 2006).

Les principaux pays d’origine : très nette baisse de la Chine et du Vietnam
Les principaux pays d’origine sont, dans l’ordre : l’Éthiopie (417 contre 408 en 2006), Haïti (403 contre 571 en 2006), la Russie (402 contre 397 en 2006), la Colombie (375 contre 321 en 2006), le Vietnam (268 contre 742 en 2006), la Chine (176 contre 314 en 2006), le Mali (135 contre 109 en 2006), l’Ukraine (99 contre 88 en 2006), la Thaïlande (71 contre 69 en 2006), Brésil (66 contre 95 en 2006) le Burkina Faso (66 contre 89 en 2006), Madagascar (62 contre 117 en 2006), Côte d’Ivoire (54 contre en 2006), …

Si la part des enfants arrivés des pays signataires de la convention de La Haye, augmente (38 % contre 32 % en 2006), les trois premiers pays d’origine pour les adoptions en France n’ont pas signé cette convention.

La nouvelle répartition géographique
L’importante diminution de la part des enfants originaires d’Asie a entraîné une nouvelle répartition géographique : l’Afrique devient le premier continent d’origine des enfants (30 % contre 25 % en 2006 avec un nombre d’enfants à peu près stable : 959 contre 992 en 2006), viennent ensuite les Amériques avec 28 % des adoptions (26 % en 2006) mais une baisse de 15 % du nombre d’enfants adoptés (888 contre 1042 en 2006), l’Asie avec 21 % (32 % en 2006) et une baisse de 48 % du nombre d’enfants (656 contre 1273 en 2006), et enfin l’Europe représente 21 % (17 % en 2006) pour un nombre d’adoptions stable (659 contre 670 en 2006).

Des enfants plus âgés
23,5 % des enfants (contre 31 % en 2006, pour l’essentiel, il s’agissait d’enfants adoptés au Vietnam) étaient des bébés de moins d’un an, chiffre qui corrobore la tendance ressentie ces dernières années d’une augmentation de l’âge des enfants adoptés à l’international. 19,3 % avaient entre un et deux ans (22 % en 2006), 34,2 % avaient entre deux et cinq ans (28 % en 2006) et 23,1 % avaient 5 ans et plus (19 % en 2006).

Les différents types de démarches
Les adoptions se sont réparties entre les démarches individuelles (37,9 %), l’adoption par les OAA (organismes autorisés pour l’adoption, 41,8 %), par l’AFA (19 %) et via l’Autorité centrale (1,2 %). Parmi les OAA, Médecins du monde a réalisé 214 adoptions (forte baisse depuis 2005 : 242 en 2006 et 312 en 2005). Les autres OAA : Destinées (102 contre 64 en 2006), Amis des enfants du monde (101 contre 85 en 2006), Children of the sun (97 contre 71 en 2006), Les enfants de reine de miséricorde (93 contre 116 en 2006), Rayon de soleil de l’enfant étranger (en très forte baisse : 74 contre 135 en 2006 et 173 en 2005), Les enfants avant tout (70 contre 66 en 2006), Orchidée adoption (58 contre 53 en 2006) …

Quelles sont les causes de la chute du nombre des adoptions en France ?

Au niveau international, cette baisse des adoptions se rencontre dans la quasi-totalité des pays d’accueil, on annonce une baisse de 10 % depuis 2004 dans les plus importants pays d’accueil (USA, Canada, France, Espagne) :
au Québec l’adoption internationale a représenté 496 arrivées d’enfants en 2007 contre 528 en 2006 et 600 en 2005 ;
aux USA où les adoptions internationales ont représenté 19292 arrivées d’enfants en 2007 contre 20679 en 2006 et 22728 en 2005 ;
– en Espagne, les adoptions nationales et internationales confondues représentaient 4472 arrivées d’enfants en 2006 contre 5423 en 2005.

Seule, l’Italie annonce une augmentation des adoptions internationales : 3420 en 2007 contre 2974 en 2006 (stats téléchargeables sur http://www.commissioneadozioni.it/FileServices/Download.aspx?ID=353).

Les raisons invoquées de cette baisse généralisée sont multiples : développement des adoptions nationales et des dispositifs de protection de l’enfance dans les pays d’origine des enfants, mise en place de la convention de La Haye, fin des procédures individuelles au Vietnam, allongement des délais (notamment en Chine), etc.

Du côté de la France, les difficultés de mise en place de l’AFA, le manque de lisibilité pour les pays d’origine des missions de l’AFA et de la répartition des actions avec l’Autorité centrale ont probablement aussi joué un rôle non négligeable dans cette baisse importante du nombre des adoptions internationales.

Ces statistiques sont consultables en totalité sur le site du SGAI