Petits problèmes et grands soucis

Les particularités de la peau noire

Les spécificités dermatologiques

La teneur en mélanine (pigment) représente le principal facteur, différenciant la peau noire de la peau blanche. La mélanine étant un facteur essentiel de la résistance aux ultraviolets, il n’est pas étonnant que la peau noire offre une meilleure photo-protection que la peau blanche. Les pathologies photo-induites seront donc plus rares. Le caractère discret de l’élastose dermique en zone photo-exposée, et, peut-être la meilleure qualité du revêtement cutané, peuvent expliquer certaines particularités mineures parfois notées, comme un caractère satiné de la peau ou une meilleure élasticité.
Par contre, les conséquences physiologiques de la présence de quantité importante de mélanine ne seront pas toutes positives. La peau noire absorbe plus d’infrarouges que la peau blanche, ce qui expose davantage au coup de chaleur.

Conséquences : n’oubliez surtout pas de hydrater vos enfants correctement (boissons ++) et de leur mettre un chapeau de soleil !!!

La barrière mélanique limite la synthèse photo-induite de vitamine D chez les enfants ayant la peau intensément pigmentée, en conséquence, les apports doivent être plus importants et réguliers (auxergyl ou zyma D2), surtout si ces enfants vivent dans nos régions peu ensoleillées.
La couche cornée de la peau noire serait aussi plus riche en nombre cellulaire, et serait plus compacte, mais présenterait une desquamation plus importante, plus riche en lipides, mais à caractère moins hydratée, avec perte spontanée en eau plus élevée. Cette sécheresse est plus fréquente dans les milieux tempérés et confère parfois à la peau un aspect cendré. L’application de produits cosmétiques gras peut être bénéfique, mais aura tendance à provoquer une acné rétentionnelle, surtout chez les jeunes adolescents. Et gare aux allergies surtout chez les petits, l’eczéma n’étant pas rare.
La pigmentation au niveau de la face palmaire des mains, la plante des pieds, la bouche (gencive, langue, palais), des ongles est très variable et peut prendre des aspects très différents d’un enfant à l’autre.

Les taches mongoloïdes

Par contre 40 à 96 % des enfants présentent une tache mongolique bien visible dans la petite enfance (jusqu’à deux ans). Cette tache est congénitale, d’apparence plus bleutée et est généralement située au niveau des fesses ou du bas du dos. Elle est d’autant plus visible que l’enfant est jeune, car la pigmentation de la peau se fait de façon retardée. Les enfants à peau noire, c’est bien connu, sont très « clairs » à la naissance.
Les grains de beauté (naevus) sont rares chez les enfants à peau noire, par contre ils sont potentiellement dangereux s’ils sont congénitaux. À surveiller.

Les cheveux

Le cheveu comporte lui aussi des particularités, il est crépu, d’une part parce qu’il a une forme elliptique, d’autre part parce qu’il est implanté presque horizontalement par rapport au cuir chevelu et à un trajet hélicoïdal. À noter que les défrisages sont agressifs pour le cheveu, ils le rendent cassant, fragile et des alopécies (chute des cheveux) parfois définitives peuvent survenir. L’altération du cheveu peut aussi se voir lors de brossages répétés et intensifs et du nattage trop serré chez les petites filles : il faut alors 2 à 4 ans pour que le follicule pileux se régénère !

En savoir plus

La Revue Accueil

Accueil est une revue trimestrielle réalisée par EFA. C’est la seule revue française consacrée à l’adoption. Accueil propose des témoignages d’adoptés et d’adoptants, des textes émanant de travailleurs sociaux, psychologues, psychanalystes, sociologues, juristes, écrivains.

Dr. MAHE Antoine (Sénégal), Dermatologie sur peau noire, éditions DOIN.

Dr Gwénola Rideau, « Bien s’occuper de la peau des enfants », Accueil n° 174, p. 47-49