Vous avez eu à cœur de protéger les enfants les plus vulnérables, ceux qui sont privés de famille. Comme magistrate, d’abord, à la direction des Affaires civiles au ministère de la Justice, puis comme ministre. Les enfants vous doivent la grande loi pour l’adoption de 1966 qui faisait disparaître la légitimation adoptive au bénéfice de l’adoption telle que nous la connaissons aujourd’hui : adoption simple et adoption plénière. Cette loi a inspiré l’instauration de l’adoption plénière dans de nombreux pays et la reconnaissance de sa valeur protectrice dans la convention de La Haye de mai 1993.