Appel à témoignage : EFA s’engage avec la FNEPE dans un projet de recherche-action.

Enfance & Familles d’Adoption s’engage avec la Fédération Nationale des Écoles des Parents et des Éducateurs (FNEPE) dans un projet de recherche-action auprès des familles (parents et adoptés) concernées ou se questionnant sur les pratiques illicites dans leur parcours d’adoption.

Les objectifs de cette étude sont :

  • d’entendre les témoignages et réflexions des personnes concernées ;
  • d’analyser l’impact de ces situations sur la vie des membres de la famille ;
  • de formuler des préconisations pour l’accompagnement.

Comment ? Lors d’entretiens (groupe et individuel) supervisés par un chercheur extérieur à Enfance & Familles d’Adoption. Confidentialité des échanges garantie.

Vous êtes concerné par cette problématique ? Contactez nous : recherche.action@adoptionefa.org

Nous répondrons au préalable à toutes vos questions et nous préciserons la marche à suivre pour collaborer à ce projet important pour l’ensemble des adoptés et leurs parents.

Télécharger la fiche détaillée récapitulative (pdf).

Rapport d’activité 2023

L’année 2023 aura été celle de la transition institutionnelle dans le cadre de la gouvernance nationale de la protection de l’enfance et en application de la loi du 7 février 2022 relative à la protection des enfants.

Avec tout d’abord la création de France Enfance Protégée, administré par l’État et les départements, à parité, ainsi que par des représentants du secteur associatif, dont EFA, au sein d’un groupement d’intérêt public. France Enfance Protégée se veut une maison commune chargée des missions de service public du 119, d’accompagnement des adoptants et de traitement des demandes d’accès aux origines personnelles avec l’AFA et le CNAOP. C’est aussi un observatoire et une ressource pour l’ensemble des professionnels avec l’ONPE et un soutien à l’activité des trois conseils nationaux (CNPE, CNA et CNAOP). Toutes ces entités apprennent à travailler ensemble sans perdre leurs spécificités.

Transition également entre l’ancienne commission adoption du Conseil national de la protection de l’enfance (CNPE) et le nouveau Conseil national de l’adoption (CNA). Le bureau du CNA donne une large place au collège associatif puisque quatre membres d’associations y ont été élus, dont EFA. Le conseil s’est doté d’une feuille de route ambitieuse pour les trois années à venir en centrant ses travaux sur des questions sur lesquelles notre association est largement proactive : les pupilles de l’État au regard des sujets d’adoption, les enfants à besoins spécifiques, les évolutions concernant les conseils de famille, le développement de la formation et de l’accompagnement tant pour les professionnels que pour les candidats à l’adoption, la recherche des origines des personnes adoptées, la question des pratiques illicites en adoption internationale et d’autres sujets plus spécifiques comme l’adoption en Polynésie française, la kafala, les enfants qui ne bénéficient pas d’un projet d’adoption…

Lire la suite …

Retrouvez l’ensemble des rapports d’activité EFA

Appel à témoignages : comment le système d’attachement des adultes peut-il retentir sur leurs enfants ?

On parle beaucoup, depuis plusieurs années, de l’attachement et des styles d’attachement… notamment dans la revue Accueil. En effet, nous savons aujourd’hui le rôle fondamental de l’attachement dans l’épanouissement de l’individu et à quel point il est au cœur de la qualité de la relation qu’un individu entretient avec les autres et avec lui-même. Nous savons aussi – notamment au travers des ouvrages de vulgarisation de Johanne Lemieux – que la façon dont les enfants adoptés ont vécu la relation avec leurs premières « figures d’attachement » a des conséquences très importantes sur leur développement : sans la connaissance, la bonne compréhension de ce que les enfants ont vécu, il est difficile de les comprendre, et donc de les accompagner au plus juste de leurs besoins, souvent « spécifiques ».

Mais tout être a vécu, enfant, un « système d’attachement » qui lui est propre et qui conditionne son rapport aux autres – et à soi-même ; or tous les parents n’ont pas eu à vivre une bonne relation première, tous n’ont pas reçu la bonne dose de sécurité et de confiance, ni vécu le lien souple et solide qui permet d’avoir une confiance en soi suffisante, de vivre « avec l’autre tout en étant soi ». C’est la raison pour laquelle on peut, en tant que parent, se trouver désorienté ou démuni face aux troubles de son enfant, ne pas savoir comment les décrypter, spécialement s’ils viennent « cogner » contre ses propres difficultés d’attachement.

Sachant qu’aujourd’hui de nombreuses disciplines nous portent à nous pencher sur notre passé, pour mieux le décrypter, sachant qu’aujourd’hui les professionnels de la petite enfance et de l’adoption savent, infiniment mieux qu’hier, décoder et comprendre le système d’attachement caractérisant les enfants adoptés, il nous a semblé intéressant pour le prochain dossier d’Accueil d’explorer la façon dont le système d’attachement du ou des parents a pu façonner leur propre relation à autrui, au monde et à eux-mêmes. Afin de prendre conscience de ce qui, en eux, peut retentir sur le lien qu’ils ont avec leurs enfants – ou avec les enfants qu’ils ont le projet d’adopter.

 

Voici quelques questions, pour orienter votre réflexion, vos retours d’expérience, dont nous vous remercions vivement par avance.

Vous êtes une personne adoptée (merci de préciser votre âge) :

  • Tout parent a son caractère, ses qualités et ses failles. Avez-vous senti chez l’un de vos parents un trait de « caractère », une qualité ou une faiblesse – ou à vos yeux un défaut ! – qui aurait eu une incidence importante sur vous ? sur votre relation à votre ou à vos parents, et au-delà, sur votre façon de vivre, sur votre confiance en vous ?
  • Avez-vous pu, avec le temps, identifier chez vous des difficultés d’attachement, un sentiment d’insécurité liés à votre petite enfance, que vos parents n’auraient pas forcément compris, lorsque vous étiez enfant ou adolescent ?
  • Pensez-vous que leurs propres difficultés – d’enfant, par exemple – ont pu jouer sur la relation que vous avez eue par le passé et avez aujourd’hui avec votre ou vos parents ?

Vous avez un projet d’adoption et vous préparez à accueillir un enfant :

  • Êtes-vous familiarisé avec ces notions d’attachement ? Si oui, de quelle façon l’avez-vous été ?
  • Au cours de votre agrément et/ou de la préparation de votre projet, avez-vous eu l’occasion d’être sensibilisé, de comprendre les conséquences de l’abandon et les difficultés d’attachement d’une petite enfance « abîmée » sur les enfants adoptables ? sur l’enfant que vous vous préparez à accueillir ?
  • Avez-vous pu explorer votre propre « système d’attachement » ? votre lien à vos parents, à votre famille ? votre « sécurité » intérieure… ? Est-ce quelque chose sur quoi vous travaillez ? Si oui, pouvez-vous nous raconter comment ? Êtes-vous aidé, accompagné en cela ? Si oui, de quelle façon ?

Vous êtes parents d’enfant(s) déjà grand(s), autonome(s) :

  • Vos enfants sont maintenant élevés, hors du nid peut-être, autonomes. Peut-être sont-ils déjà parents eux aussi !
  • Si vous regardez en arrière, pensez-vous que votre confiance en vous, votre « sécurité intérieure » ont pu avoir une incidence importante sur le lien développé avec votre ou vos enfants ? sur la façon dont vous les avez aimés et éduqués ? Voyez-vous des incidences de vos propres points forts ou de vos faiblesses sur leur développement, sur les adultes qu’ils sont devenus ? Pourriez-vous nous raconter ?
  • Avez-vous eu l’occasion pendant toutes ces années de pouvoir comprendre et décoder votre propre « relation au monde » et à vous-même ? Avez-vous souhaité cheminer, pour remédier peut-être à d’éventuelles défaillances ou carences de votre passé ? Si oui, comment ?
  • Dans les moments de doute, d’incertitude ou de déséquilibre, comment avez-vous réagi ? Qu’est-ce qui vous a permis de vous rassurer ? Avez-vous pu trouver des appuis qui vous ont aidé ?

Vous êtes parent d’enfant(s) jeune(s) ; vous êtes un tout nouveau parent…

  • Vous arrive-t-il de vous sentir démuni, dépassé, par des comportements ou besoins de votre jeune enfant qui viendraient « cogner » contre des difficultés qui vous sont propres ?
  • Pouvez-vous identifier dans d’éventuelles difficultés avec votre enfant (relations compliquées, difficulté à comprendre ses besoins…) des difficultés propres à vous-même ou éventuellement à votre conjoint ?

Vous êtes thérapeute, psychologue, soignant et suivez ou avez suivi des familles adoptives…

  • Vous avez suivi des enfants adoptés, et peut-être leurs parents. Soit individuellement soit en thérapies familiales.
  • Vous est-il arrivé ou vous arrive-t-il d’amener des parents à « revisiter » leur propre système d’attachement ? De quelle façon ?
  • Il existe aujourd’hui de nombreuses façons ou thérapies permettant d’aider des personnes à se pencher sur son passé pour le revisiter : outre les thérapies classiques – psychothérapie, psychanalyse, thérapie comportementale, analyse transactionnelle… – on peut aujourd’hui « faire bouger les lignes » au travers d’approches ou thérapies nouvelles : hypnose, EMDR, psychogénéalogie, communication bienveillante, analyse transgénérationnelle… ou méditation. Quelles sont les approches qui ont été les plus pertinentes, dans votre pratique, pour aider les familles adoptives dans leurs difficultés relationnelles ?

Vous avez animé des groupes de paroles de parents adoptifs, avez eu l’occasion d’accompagner des parents, par exemple dans le cadre d’une Association départementale EFA…

  • Qu’aimeriez-vous nous dire, sur les difficultés de relations entre enfants et parents que vous suivez, par exemple dans des groupes de paroles ? Quelles sont les difficultés que vous repérez le plus fréquemment, chez les parents ? De quelle façon pouvez-vous les orienter, pour que ces difficultés puissent s’apaiser au mieux, se résoudre ?

 

Vos contributions seront les bienvenues, avant le 30 juillet 2024, à envoyer à : temoignage.accueil [@] adoptionefa.org

Tous les témoignages seront anonymes, sauf indication contraire de votre part.
Merci de préciser si vous avez déjà modifié les noms, prénoms et tout autre renseignement identifiant (pays, ville, dates trop précises).

Élections législatives : EFA appelle à la vigilance

La dissolution de l’Assemblée nationale et les élections législatives à venir génèrent une inquiétude qui nous amène à être vigilants. L’adoption prouve que le lien du sang n’est pas l’unique modalité pour faire famille. Nos familles adoptives sont et doivent continuer à être reconnues comme des familles à part entière. Notre société doit redoubler de vigilance à propos des micro-agressions, voire des agressions, que nos enfants subissent du fait de leurs singularités.

Plus que jamais, nous affirmons notre volonté d’assurer, pour eux, une société protectrice et respectueuse qui les accueille pleinement en son sein, quels que soient leurs origines, leur couleur de peau, la composition de leur famille, leur âge ou leur état de santé, comme pour tout enfant vivant en France.

Au-delà des programmes politiques, dans lesquels la protection de l’enfance est malheureusement rarement évoquée, nous attirons votre attention sur les propositions de penser la société qui pourraient impacter nos familles et les enfants confiés au titre de la protection de l’enfance.

EFA appelle chacun(e) à s’exprimer dans les urnes.

Le 26 juin 2024

La newsletter EFA – bulletin n°75 – Juin 2024

Le bulletin n°75 de la newsletter d’EFA vient de paraître.

— Zébulon, le blog d’Enfants en recherche de famille
— Le projet de recherche-action EFA-FNEPE sur les pratiques illicites
— Rencontre de trois fédérations de familles adoptives européennes
— Le décret relatif aux Conseils de famille des pupilles de l’État enfin publié
— Des projets de coopération pour la recherche des origines
— Little bird : une quête d’identité et un travail de mémoire à la portée universelle

Télécharger et découvrir les newsletter d’EFA

Retrouvez aussi : l’actualité de l’adoption, nos manifestations, formations, publications et prises de position, ainsi que nos comptes Facebook et Twitter

Rencontre EFA, CORA et CARE (mai 2024)

Les 16 et 17 mai, trois fédérations de familles adoptives – EFA pour la France, CORA (Coordinadora de asociaciones de adopcion y acogimiento) pour l’Espagne et CARE (Coordinamento delle Associazioni Familiari adottive e affidatarie in Rete) pour l’Italie – se sont retrouvées à Salamanque en Espagne.

Les rencontres se sont déroulées dans le centre Santiago, structure d’accueil de protection de l’enfance où les jeunes, en décrochage scolaire, bénéficient d’une formation professionnelle. Durant la première journée, nous avons pu échanger, confronter nos différentes législations et chiffres de l’adoption. À la différence d’EFA, CORA et CARE sont constituées d’associations de familles adoptives et de familles d’accueil.

Lire la suite

Publication du décret n° 2024-491 du 30 mai 2024 relatif au conseil de famille des pupilles de l’État

 Décret n° 2024-491 du 30 mai 2024 relatif au conseil de famille des pupilles de l’Etat

Le décret n° 2024-491 du 30 mai 2024 relatif au conseil de famille des pupilles de l’Etat, publié au journal officiel le 31 mai, est entré en vigueur le 1er juin 2024. Ce décret a été pris en application de l’article 21 de la loi n° 2022-219 du 21 février 2022 visant à réformer l’adoption.

EFA a fait de nombreuses propositions qui n’ont pas toutes été retenues. Un guide recensant les bonnes pratiques en matière de fonctionnement des conseils de famille des pupilles de l’Etat est en cours d’élaboration par la DGCS afin d’apporter des précisions qui ne sont pas du domaine réglementaire.

Le décret fixe au 31 décembre 2024 la date limite pour la mise en conformité des conseils de famille.

Il précise le fonctionnement du conseil de famille des pupilles de l’Etat, et notamment la place du tuteur qui prend part au vote mais ne peut être désigné président ou vice-président du conseil. Le quorum est de cinq membres dont obligatoirement le tuteur avec toujours voix prépondérante du président du conseil de famille en cas de partage des voix. Il précise le point de départ du délai de recours contre les délibérations et les décisions du conseil de famille pour les personnes à qui le service de l’aide sociale à l’enfance a confié un pupille de l’Etat pour en assurer la garde et qui souhaitent l’adopter., Il renforce les règles d’impartialité des membres du conseil de famille et facilite leur consultation des dossiers en permettant que celle-ci se fasse à distance par des moyens sécurisés.

Il définit le contenu minimal de la formation des membres des conseils de famille nouvellement nommés qui porte notamment sur :

  • le cadre juridique des droits de l’enfant, le droit de la filiation et de l’autorité parentale ainsi que le droit applicable aux pupilles de l’Etat ;
  • le fonctionnement de la tutelle des pupilles de l’Etat et les principes, notamment déontologiques et d’intérêt de l’enfant, devant guider les décisions prises par le tuteur et le conseil de famille ;
  • le lien d’attachement et les besoins fondamentaux de l’enfant ;
  • la diversité des profils des pupilles de l’Etat ;
  • le recueil de la parole d’un mineur.

Il précise les dispositions relatives à l’information donnée au pupille sur les décisions prises à son égard et au recueil de sa parole en ajoutant qu’il est entendu par le conseil de famille sur son projet d’accès à l’autonomie dans l’année précédant l’accès à sa majorité.

Enfin le décret adapte les règles concernant les pupilles de l’Etat et la composition du conseil de famille aux spécificités de Wallis-et-Futuna et de la Polynésie française.

Le 11 juin 2024

Un nouveau président pour le CNAOP

Le 16 juin 2024, deux arrêtés de nomination au Conseil national pour l’accès aux origines personnelles (CNAOP) sont parus au Journal officiel.

Un nouveau président a été nommé à la tête du CNAOP : François Delmas-Goyon, conseiller honoraire à la Cour de cassation a été nommé président du CNAOP. Il succède à Huguette Mauss, inspectrice générale des Affaires sociales. François Delmas-Goyon est également membre du Comité consultatif national d’éthique (CCNE) pour les sciences de la vie et de la santé.

La représentante d’associations de familles adoptives est toujours Anne Royal, présidente d’EFA.
Parmi les nouveaux membres, Céline Giraud, fondatrice de La Voix des Adoptés, est nommée comme personne qualifiée.

Les arrêtés de nomination au CNAOP :

Zébulon : le blog d’Enfants en recherche de famille (ERF)

Zébulon : le blog d’Enfants en recherche de famille (ERF), un espace de partage et de ressources pour penser et agir concrètement !

Enfants en recherche de famille (ERF) est un service d’EFA dédié à l’accompagnement de projets de vie pérennes pour des enfants pupilles de l’État rares et exceptionnels cumulant les besoins spécifiques. Nos zébulons sont des enfants blessés et fragiles, abîmés par leur parcours de vie, l’abandon, le placement… Même s’ils sont porteurs de handicaps, leur adoption est souvent possible à condition d’une bonne rencontre, bien préparée, avec des parents eux aussi rares et exceptionnels.

Dans ce blog,

  • Vous rencontrerez des zébulons enfants et adultes au fil des actualités et des témoignages ;
  • Vous trouverez des articles et des outils variés pour affiner votre projet d’adoption ;
  • Pour accompagner les projets de vie ; les dates de nos prochains événements ; des références de films et de livres …

Postulants, parents par adoption, adoptés, professionnels, retrouvez-nous sur Zébulon !

Accueil n°211, juin 2024 – Frères et sœurs dans l’adoption

Doux rêve ? Idéalisation ? Besoin de transmettre ? Élan de vie ? Avoir plusieurs enfants est le souhait de la plupart de ceux qui veulent fonder une famille. Parents et futurs parents adoptifs comme les autres. Tout comme la filiation adoptive, les relations fraternelles d’enfants ou personnes adoptées sont très diversifiées : on peut être frères et sœurs par filiation biologique, adoptive ou les deux, on peut être adopté et se découvrir par la suite des frères et sœurs que l’on pourra choisir de retrouver ou non. Lorsque des enfants sont adoptés simultanément, c’est également l’histoire de la fratrie qu’on « adopte ». La décision d’adopter un deuxième ou un troisième enfant – et surtout une fratrie – requiert un long cheminement, une réflexion accompagnée par des professionnels, aidée par d’autres parents expérimentés, sur ses motivations profondes, sa capacité d’adaptation, sa disponibilité, ses appuis et relais possibles…

Feuilletez et commandez ce numéro

La revue Accueil