Articles

Pupille, un film de Jeanne Herry. Interviews et vidéo.

Pupille : un film magnifique sur un bébé né sous le secret, porté pendant deux mois par tous les adultes qui se mobilisent pour lui, pour lui permettre d’aller sereinement vers sa maman adoptive. Film lumineux, émouvant, aussi précis qu’un documentaire, admirablement interprété sans jamais tomber dans le pathos.

Théo est remis à l’adoption par sa mère biologique le jour de sa naissance. C’est un accouchement sous le secret. La mère a deux mois pour revenir sur sa décision… ou pas. Les services de l’aide sociale à l’enfance et le service adoption se mettent en mouvement. Les uns doivent s’occuper du bébé, le porter (au sens plein du terme) dans ce temps suspendu, cette phase d’incertitude. Les autres doivent trouver celle qui deviendra sa mère adoptante. Elle s’appelle Alice et cela fait dix ans qu’elle se bat pour avoir un enfant. PUPILLE est l’histoire de la rencontre entre Alice, 41 ans, et Théo, trois mois.

La bande annonce du film

 

Jeanne Herry a aussi rencontré Nathalie Parent, Présidente de l’association Enfance et Familles d’Adoption (EFA) et Sandrine Dekens, psychologue et coordinatrice ERF (Enfants en Recherche de Famille).  L’occasion d’aborder ensemble les thématiques universelles qui infusent PUPILLE et qui tissent des liens étroits entre fiction et réalité.

Entretiens avec les acteurs, Nathalie Parent et Sandrine Deckens.

 

La réalisatrice Jeanne Herry & son actrice Olivia Côte répondent aux questions des spectateurs conviés à découvrir, en Projo privée et avant-Première chez CINE+, le film PUPILLE (sortie en salles le 05 Décembre  2018).

 

Le Massacre des innocents, les oubliés de la République

Le Massacre des innocents, les oubliés de la République

Mobiliser l’opinion sur les maltraitances à enfants et proposer des solutions, tel est l’objectif des deux auteurs de cet ouvrage, Michèle Créoff, vice-présidente du Conseil national de protection de l’enfance, et Françoise Laborde, ancienne journaliste de France 2. Cette enquête est aussi un travail d’analyse sur les maltraitances, les morts d’enfants, dont on ne parle pas.

Et les 300 000 enfants et mineurs, accueillis souvent tardivement par les services sociaux, ne sont guère mieux traités : ils peuvent être ballotés de foyers en familles d’accueil, leur santé est mal prise en charge, ils n’ont le plus souvent aucune formation (70 % n’ont aucun diplôme). Et à 18 ans, tout ce système aussi imparfait soit-il s’arrête brutalement : ils sont abandonnés par les services sociaux, pour la plupart en situation d’échec et sans ressources (40 % des SDF de moins de 25 ans sont d’anciens enfants placés !).

Personne ne s’y intéresse : Ces enfants ne votent pas, ces enfants ne manifestent pas, ils n’ont pas des milliers d’amis sur Facebook et quand ils ont survécu aux traumatismes de leur enfance, ils préfèrent oublier.

Michèle Créoff et Françoise Laborde, Le Massacre des innocents, les oubliés de la République, Independently published, 2018

L’Agence française de l’adoption déménage

L’agence française de l’adoption déménage.

Nouvelle adresse à partir du 1er janvier 2018: 63 bis, bd Bessières, 75017 PARIS. 

Les conseillers en adoption sont joignables au 01 44 78 61 40 : les mardi, mercredi et jeudi de 9h30 à 17h30; les lundi et vendredi de 9h30 à 12h30 et de 14h à 17h30. Il convient de solliciter un rendez-vous pour tout entretien sur place.

Rapport 2015 de l’Agence française de l’adoption

L’Agence française de l’adoption (AFA) vient de publier son rapport 2015. L’agence a permis la réalisation de 201 adoptions (soit 25 % des adoptions internationales), dans 20 pays, notamment dans les pays qui ont signé et ratifié la convention de La Haye où elle réalise plus de 90 % de ses adoptions. 69 % de ces adoptions concernent des enfants à besoins spécifiques. La nécessité de mettre en œuvre un accompagnement personnalisé est donc devenue capitale.

Accéder au rapport de l’AFA…

Les agréments en 2011

En 2011, les présidents des conseils généraux ont délivré 5 887 agréments d’adoption (- 3 % par rapport à 2010). Le nombre d’agréments en cours de validité s’élevait à 22 747.
Les retraits d’agrément étaient en hausse de 18 % (881 contre 749 en 2010), ainsi que les refus d’agréments: + 7 % (770 contre 720 en 2010).
Source : ONED