Les liens entre les traumatismes subis dans la petite enfance et l’apparition de troubles psychiatriques sévères sont de plus en plus reconnus. Il n’est donc pas étonnant que ces pathologies touchent des enfants et jeunes adultes adoptés, dans un contexte où les adoptions se font de plus en plus tardivement pour des enfants qui ont vécu maltraitance et délaissement dans leurs premières années de vie. L’évolution du profil des enfants adoptés ces 30 dernières années pourrait expliquer la prévalence de troubles psychiatriques tels que la schizophrénie et la bipolarité chez nos jeunes adultes.

Lire la suite >