Articles

Lorsque l’enfant arrive, les parents sont souvent déconcertés par ses réactions face au jeu : difficulté à capter son attention, refus de contacts, réactions de fuite, violentes ou agressives, incompréhension ou refus des règles de jeu, incapacité à participer à une activité qui semble adaptée… Or le jeu est indispensable à la vie : Il mime les situations de la vie réelle, permet les succès et les échecs, apprend à entrer en relation, développe l’imagination et la créativité… Comment s’adapter au rythme de l’enfant et utiliser ses capacités à jouer – et celles du ou des parents – pour favoriser la création du lien et la notion de plaisir ? Quelles sont alors les règles du jeu à respecter ? Comment entrer dans le jeu et avec quels outils ?

Feuilletez et commandez ce numéro

La revue Accueil

L’arrivée d’un enfant vient bousculer l’équilibre de tous les couples. Pour les couples qui ont adopté ou vont adopter un enfant, ce « bousculement » s’inscrit plus tôt : la préparation du projet et la nécessaire réflexion sur les limites peuvent mettre au jour des différences profondes. Lorsque l’enfant arrive, le couple a pu traverser, déjà, des moments difficiles : la longue attente et, par la suite, de possibles problèmes d’intégration, d’attachement de l’enfant, ou de santé. Chaque couple vit ces étapes à sa façon. Les uns en sortiront renforcés, d’autres seront mis en difficulté. On peut aussi adopter un enfant seul, rencontrer par la suite un conjoint et poursuivre l’aventure en couple. Il arrive aussi qu’un enfant voie ses parents se séparer.

Feuilletez et commandez ce numéro en ligne.

Présentation la revue Accueil.

 

 

Dans l’adoption, la question des limites se pose de façon accrue. Avant l’adoption, pour définir les limites et les contours de son projet : jusqu’où puis-je aller ? De quel enfant pourrai-je (ou pas) être le parent ? Âge, santé, histoire : que puis-je accepter ou ne pas accepter ? Ces limites peuvent éventuellement évoluer : comment cette évolution s’accompagne-t-elle ? Devenir enfin parent, c’est aussi fixer des limites à son enfant. Si, dans la parentalité biologique, le développement de l’enfant permet la succession progressive des étapes, dans la parentalité adoptive tout se bouscule, en particulier quand l’enfant arrive « grand ». Une difficulté souvent pointée par les parents : créer le lien tout en posant un cadre et des règles pour répondre aux besoins de sécurité et de protection de l’enfant. Un défi !

Feuilletez et commandez ce numéro.

Présentation la revue Accueil.

 

 

L’adoption sous le regard social

Dans une société où la loi du sang prime encore dans la filiation, où les minorités ethniques peinent à se faire accepter, où l’adoption suscite encore un intérêt teinté de curiosité et d’idées reçues, bon nombre d’adoptés et leurs familles doivent vivre leur différence au quotidien. Le regard sociétal, les intrusions dans l’intimité de la filiation rappellent toujours à l’enfant ses origines, son statut, questionnent sa place, son appartenance et son identité. Par le regard positif qu’ils posent sur leur enfant, les parents peuvent l’aider à comprendre le sens de son histoire et à se sentir fier de cette multi-appartenance, même si les questions sur les « vrais » parents peuvent parfois les faire douter de leur légitimité.

Feuilletez et commandez ce numéro

La revue Accueil

 

 

La place de la famille de naissance

On entend souvent dire qu’il faut accorder une « juste place » à la famille d’origine : de quoi s’agit-il exactement ? Quelle place occupe réellement la famille d’origine dans les familles adoptives (adoptés, parents adoptifs), dans leur vie ? Au-delà des parents de naissance, ce sont aussi, pour certains, des frères et sœurs, une famille élargie qu’ils connaissent déjà, avec qu’ils ont maintenu des liens (ou pas) ou qu’ils découvrent à l’occasion de retrouvailles. Les témoignages d’adoptés nous donnent à voir des réalités différentes, chacun composant avec sa propre histoire, avec sa capacité à un moment donné d’articuler les deux versants de son identité, et avec les attentes éventuelles des parents et de la famille de naissance. Les parents par adoption font régulièrement part, de leur côté, de leurs inquiétudes lorsque des recherches sont entamées. Que nous en disent les études, mais surtout les principaux concernés, les adoptés ?

Feuilletez et commandez ce numéro

La revue Accueil

Dans l’adoption, les délais se rallongent de façon inquiétante pour les enfants sans famille, comme pour tous ceux qui se proposent comme parents. Comment gérer cette période de plus en plus longue, comment utiliser ce temps « disponible », avec qui ? Comment accompagner les postulants et leurs proches pendant cette « si longue » attente ? L’attente est peut-être ce qui définit l’adoption avec le plus d’intensité. Pour l’enfant et le parent, elle est inévitable, parfois mal vécue, parce que subie. Elle peut être fragilisante ou destructrice, quand il n’y a pas de réelles perspectives, quand nous n’entrevoyons pas la durée. L’attente, au fond, n’a rien de passif et le temps peut aider à l’adoptabilité, à l’adaptabilité, partagées par l’enfant et le parent.

Feuilletez et commandez ce numéro

La revue Accueil

Lorsqu’ils rencontrent leur fils ou leur fille, les parents par adoption se trouvent face à un enfant conçu par d’autres, qui a grandi – plus ou moins longtemps – avec d’autres, et qui a une histoire, son histoire : c’est là une spécificité centrale de l’adoption. Cette histoire, ils la connaîtront peut-être, par bribes, ou de façon précise et complète. Quelle qu’elle soit, l’enfant doit pouvoir grandir avec cette histoire, qui sera mélangée et tissée à celle de ses parents adoptifs. Elle peut être lourde et complexe, parfois faussée ou escamotée. Des enfants peuvent ne rien savoir ou avoir été adoptés trop jeunes pour en avoir des souvenirs conscients. D’autres, plus âgés au moment de l’adoption, la portent en eux. Comment vont-ils, chacun, grandir avec elle ? Quelles traces laissera-t-elle en eux ?

Feuilletez et commandez ce numéro

La revue Accueil

 

Il est beaucoup question, ces derniers temps, des besoins de l’enfant. Cette notion recouvre de nombreuses dimensions : physiologiques, relationnelles, cognitives, psychomotrices, de sécurité, d’appartenance… Pour grandir, les besoins des enfants varient notamment selon leur âge, leur développement global, leur parcours ; leur prise en compte ne peut donc pas se faire pour tous de la même manière. La plupart des enfants arrivant dans une famille par adoption ont subi des carences diverses, plus ou moins importantes. Comment identifie-t-on, évalue-t-on les besoins spécifiques de chacun d’eux ? Comment y répondre de manière adaptée et quelles compétences parentales rechercher pour eux ?

Feuilletez et commandez ce numéro

La revue Accueil

 

Par nature, enfants et parents adoptifs ne sont pas d’emblée réunis. Il existe toujours un délai – parfois terriblement long – entre le jour où les futurs parents ou déjà parents (apparentés) et celui où ils sont réunis avec leurs enfants pour la vie… L’entourage, les institutions ne comprennent pas toujours qu’on puisse ainsi se sentir parents sans avoir encore rencontré son enfant. La « distance » entre les enfants et leurs parents peut survenir par la suite à différentes étapes de la vie : hospitalisation, pensionnat, parfois une nécessaire mise à distance entre enfants et parents…

Feuilletez et commandez ce numéro

La revue Accueil

 

Pour permettre d’élaborer un projet de vie pour et avec l’enfant pupille de l’État, le bilan d’adoptabilité est devenu un outil incontournable. Son objectif est d’évaluer l’adoptabilité juridique et psychosociale de l’enfant, d’apprécier le savoir-faire et les disponibilités des professionnels qui l’entourent et enfin de s’intéresser à l’adoptabilité des futurs parents et aux nécessités d’accompagnement à long terme.

En cinq chapitres (L’adoptabilité, La rencontre, L’adoption, Construire des projets de vie, L’accompagnement), dix-sept auteurs nous livrent leur expertise alternant théorie et pratiques de terrain. Chaque article est indépendant et pourra servir de référence à une réflexion entre professionnels. En fin d’ouvrage, douze fiches techniques, conçues pour être copiées et diffusées, permettront d’avoir les repères indispensables pour accompagner chaque enfant vers le projet qui sera le sien.