Les mères adoptives, Georgeta Le Ray-Mitrea,

Parsemé de vignettes cliniques comme autant d’historiettes rendant la lecture fluide et accessible, l’ouvrage n’en reste pas moins destiné aux professionnels. En s’appuyant sur la théorie freudienne, l’autrice interroge les mouvements sous-jacents – refoulés, déniés, insus – à l’œuvre chez les mères adoptives et dans leur relation à leur enfant en particulier et à la maternité en général. L’adoption demande un travail psychique qui concerne autant l’enfant que la mère, où entrent en jeu, en résonnance ou en conflit, l’imaginaire et la réalité, notamment de l’abandon. Qu’en est-il de la place de toutes les mères : celle de la mère adoptive, celle de la mère biologique de l’enfant, celle de la mère de la mère adoptive ? Quant aux relations mère-fille, que révèle l’adoption de l’axe féminin de filiation ? Comment les liens et l’imaginaire s’articulent-ils autour de l’enfant qui peut se retrouver au centre d’un imbroglio psychique ?

Scène originaire, fantasmes, pulsions, séduction, lapsus, désir inconscient, défenses, l’étrange et l’inconnu, mythe et réalité, la tragédie d’Œdipe… sont parmi les concepts que G. Le Ray-Mitrea sonde pour raconter cette histoire de maternité, celle de la conception de l’enfant adopté. Pour lecteurs avertis, rompus à la terminologie freudienne, ou du moins fortement intéressés, voire conquis par les théories psychanalytiques.

https://www.puf.com/content/Les_m%C3%A8res_adoptives

Ce commentaire a été publié dans le numéro 201 de la revue Accueil