Archive d’étiquettes pour : Romans Récits

KASISCHKE Laura, Esprit d’hiver, Bourgois, 2013

Ce livre est un roman, une histoire imaginaire, qui prend une dimension universelle parce qu’elle parle à tous. En plus de ses qualités littéraires et de sa construction très méticuleuse, il décrit avec une grande justesse le parcours de l’adoption, ses motivations, ses espoirs, ses inquiétudes, ses fantasmes… On peut le lire au premier degré, comme un récit et en être choqué, ou bien adhérer à la proposition de Laura Kasischke qui nous met la puce à l’oreille dès le titre, puis nous manipule jusqu’au dénouement. Le roman est moderne, féminin, quotidien, avec des objets importants comme l’Iphone ou le rôti, dans ce huis clos mère et fille, un jour de Noël (et tous ses faux-semblants), alors que la maison est isolée dans le blizzard. Il est métaphorique ; lorsque la mère se demande si son enfant est bien celle qu’elle a rencontrée lors de son premier voyage, quelle belle trouvaille pour nous interroger sur la filiation ! Qui n’a pas reçu une photo qui ne ressemble pas à l’enfant accueilli quelque temps après ? Et les besoins spécifiques de cette enfant, sont-ils réels ou fantasmés ? Un roman qui ne laisse pas indifférent.

https://www.babelio.com/livres/Kasischke-Esprit-dhiver/506776

HOMES A. M ., Le sens de la famille, Actes sud, 2009 (existe en poche)

L’auteur, jeune romancière new-yorkaise, adoptée à sa naissance dans des circonstances obscures, se trouve confrontée brutalement à ses origines. Enfant de remplacement dans sa famille adoptive (adoptée 6 mois après le décès d’un autre enfant), elle nous offre pas à pas le récit du bouleversement émotionnel et identitaire qu’engendre la découverte de ses origines, entre le harcèlement affectif d’une mère de naissance immature et le côté manipulateur d’un père biologique qui ne la reconnaît (test biologique à l’appui) que pour mieux la rejeter ensuite. La mort prématurée de cette mère, et le rejet de ce père, vont la pousser dans une quête existentielle se traduisant par une recherche généalogique frénétique incluant ses quatre familles, à la recherche d’indices pouvant donner sens à son histoire. Sens qui prend forme lorsque devenue mère à son tour, elle prend conscience de l’héritage de ses quatre lignées. Avec lucidité et courage, elle nous décrit son désarroi et ses désillusions devant le retour brutal de ses origines, sa souffrance d’abandon et de non reconnaissance, ses difficultés à se situer par rapport aux décalages sociaux, culturels, affectifs, et spirituels de son double héritage. Un récit autobiographique poignant et particulièrement instructif pour ceux qui se lancent dans la quête des origines et ceux qui les accompagnent.

https://www.amazon.fr/Sens-famille-Homes-M/dp/2742785426

 

 

BERTRAND Sébastien, JAULIN Yannick, Chemin de la Belle étoile, Ed. Thierry Magnier, 2011

Sébastien Bertrand est né au Liban et a été adopté à l’âge de neuf mois. Une adoption heureuse, lumineuse. Le spectacle de Wajdi Mouawad, Incendies, déclenche en lui le désir de retourner à la source. Ce voyage, il l’accomplit avec Yannick Jaulin. De cette collaboration est né le désir d’écrire cette histoire-là, de la raconter en spectacle. Ce texte est accompagné de sa traduction arabe et enrichi de la préface de Catherine Dolto.

https://www.amazon.fr/Chemin-belle-%C3%A9toile-Yannick-Jaulin/dp/2953847804

Extrait de son spectacle

BERGE Prune, T’es pas ma mère, Actes Sud, coll. Babel, 2002

Quatre femmes correspondent entre elles, se retrouvent dans ce qu’elles ont à dire de leur histoire, alors que la vie les avait séparées. Sur le thème de l’adoption, ce très beau livre aborde aussi la question des relations filles-mères, des difficultés de l’abandon, de la volonté de se reconstruire, mais aussi de l’amour, de la maternité envisagée de manières différentes… Ce mode de récit, permet une authenticité des sentiments et une émotion rarement évoqués avec autant de spontanéité, un livre vibrant de sincérité.

https://www.decitre.fr/livres/t-es-pas-ma-mere-9782742739653.html

WINTERSON Jeanette, Pourquoi être heureux quand on peut être normal ? L’Olivier, 2012 (existe en poche)

Romancière britannique, figure du mouvement féministe, Jeanette Winterson revisite son histoire personnelle. Une histoire qui s’articule d’abord autour de celle qu’elle nomme Mrs Winterson, sa mère adoptive, une dépressive truculente, enlisée dans sa religiosité et passablement illuminée. Jeanette est une résiliente qui va s’accrocher à la littérature comme à une bouée de sauvetage, lisant tous les livres de la bibliothèque publique de A à Z, et s’étonnant déjà que les femmes y tiennent si peu de place. Malgré l’adversité, elle trace son chemin, réussit sa vie avec le sentiment de se construire toute seule. En 2007, à la suite d’une rupture amoureuse, l’enfant perdue, furieuse, irascible qui vivait seule au fond d’elle-même, prend le dessus, puis elle s’effondre. Soutenue par ses amis, elle entreprend des recherches pour retrouver sa mère de naissance. L’adoption commence dans la solitude – vous êtes laissé à vous-même. Le bébé sait qu’il a été abandonné – j’en suis persuadée. De là, le voyage de retour ne devrait pas être effectué seul. Elle cesse de vouloir se comporter en « wonder woman ». Et bien lui en prend, car, si la loi a changé au Royaume-Uni en autorisant désormais les personnes nées sous X à demander leur certificat de naissance original, la procédure reste lourde, bureaucratique et teintée d’absurde… Un récit tendre, ironique, brillant, truffé d’humour, dénué de toute sentimentalité et qui parle si bien de la blessure de l’abandon, de la difficulté d’aimer quand on est marqué au fer rouge par la perte et des sentiments ambivalents qui submergent les êtres lors de retrouvailles. À ne pas manquer !

https://www.amazon.fr/Pourquoi-%C3%AAtre-heureux-quand-normal/dp/2879298709

XINRAN, Messages de mères inconnues, Philippe Picquier, 2011 (existe en poche)

Dans les années 90, Xinran journaliste et romancière chinoise animait une émission de radio au cours de laquelle elle a reçu de nombreuses confessions, des lettres de femmes qui s’étaient séparées de leur fille. Par touches successives, les histoires tracent le portrait d’un pays où naître fille est une véritable malédiction. L’auteur dit avoir écrit ces récits, pétris de douleur et de sentiment d’impuissance, à l’intention des petites filles chinoises adoptées à l’international, pour leur rappeler qu’elles ont été aimées et jamais oubliées. S’il apporte un éclairage utile et poignant sur les conditions de l’abandon en Chine, ce livre peut néanmoins être d’une grande violence pour les enfants qui ont été un jour abandonnés. Il peut les aider à resituer ce qui leur est arrivé dans leur contexte, mais suppose d’être capable, en termes d’âge et de maturité, de prendre en compte et accepter la souffrance inconsolée des mères.

https://www.amazon.fr/Messages-m%C3%A8res-inconnues-Xinran/dp/2809702276

PISIER Évelyne, Une question d’âge, Stock, 2005 ou Le livre de Poche

 » L’enquête commence. Une assistante sociale s’invite à notre domicile. Ses propos nous atteignent durement : »Nos services vous avaient certainement mis en garde, il y a quinze ans ! Vous n’avez rien voulu entendre, n’est-ce pas ? Toujours la même histoire. Et les gens continuent de vouloir adopter. Mes derniers clients, je devrais vous les envoyer en stage. Votre échec les ferait peut-être réfléchir ! » J’ironise. L’intérêt des futurs parents la préoccupe à ce point ? Passerait-il avant celui de l’enfant ? Elle ne m’épargne pas. Après ce que nous avons fait de toi, quel est-il, l’intérêt de notre enfant ? Je réplique vaillamment. Rien ne prouve que tu irais mieux si tu n’avais pas été adoptée. L’assistante me le concède. Mais peut-être si tu avais été adoptée par de meilleurs parents, n’est-ce pas ?  » Les livres racontent souvent une adoption qui se passe bien. Ici, c’est le contraire. Parce qu’il est écrit sans complaisance ni fioritures, ce roman surprend par sa force et son incorrection, et surtout par les vérités qu’il révèle. Tout ce qui n’est pas bon à dire, tout ce qui est tu dans la plupart des cas s’exprime dans Une question d’âge, avec humour aussi, et un aplomb teinté d’une tendresse infinie.

https://www.amazon.fr/Une-question-d%C3%A2ge-Evelyne-Pisier/dp/2234057353

OATES Joyce Carol, Mudwoman, Philippe Rey, 2013

Abandonnée par sa mère démente au milieu du marais de la Black Snake River, miraculeusement sauvée, l’enfant a été adoptée par un couple de Quakers bienveillants. Ils lui ont transmis de solides valeurs, l’amour des livres et la mémoire pesante d’une sœur aînée, disparue prématurément, dont elle porte désormais le prénom. Elle est devenue M.R. Neukirchen, brillante universitaire, première présidente d’une université américaine de renom. Sauvée de l’ignominie, de la boue ? Dans son for intérieur, elle est restée Mudgirl, l’enfant de la boue. Que faire d’ailleurs de toutes ces identités superposées, de cette vie morcelée ? Il serait tellement précieux de n’être qu’une seule personne. Alors qu’elle peine aujourd’hui à habiter sa propre vie, fantasmé, envahissant, menaçant, son passé prend le dessus, elle s’effondre. Mudwoman, telle une statue d’argile, sent sa façade se craqueler, se fissurer, jusqu’à la folie. La grande romancière américaine nous livre, ici, le portrait complexe d’une femme marquée à jamais par l’abandon initial.

https://www.babelio.com/livres/Oates-Mudwoman/522283

LAURRENT Éric, Berceau, Minuit, 2014

C’est à Rabat qu’Éric Laurrent nous emmène, pour nous faire découvrir l’orphelinat où le bébé qui lui a été confié en Kafala est retenu par le gouvernement marocain. Et tandis qu’avec sa femme, il attend – pas moins de dix-huit mois – le bon vouloir des autorités pour pouvoir rentrer en France, l’auteur, qui n’avait aucun penchant pour la paternité, ni pour les bébés, découvrira que l’on peut s’attacher à un enfant et se sentir père.

https://www.cultura.com/berceau-9782707328090.html

LADJALI Cécile, Shâb ou la nuit, Actes Sud, 2013

Alors qu’elle méprisait l’autofiction la considérant comme des textes complaisants sans profondeur, Cécile Ladjali s’est laissé dicter l’écriture de Shâb comme un commandement et on l’en remercie. À travers des pages émouvantes, elle revient sur ses années d’enfance, petite fille puis jeune fille trop brune qui peine à trouver sa place, et rend hommage à ses parents adoptifs, trop tôt disparus : son père, déchiré par sa propre histoire, muré dans son silence et sa violence, sa mère, la belle Jeannine, discrète et adorée. Adoptée bébé, Cécile a été sevrée de mots pour comprendre son histoire, son abandon. Alors, très vite, elle découvre la lecture et l’écriture : « j’ai compris très tôt que pour ne pas me laisser envahir par le silence, il fallait aller à la recherche des mots. Parler le plus possible. Écrire aussi. » Elle deviendra donc enseignante en littérature et écrivain. Alors qu’elle est déjà mère d’un petit garçon, envahie par la souffrance, anorexique pour ne plus être « un sac à merde », elle finit par rencontrer sa mère biologique. Retrouvailles douloureuses où les mots se font durs, mais qui lui permettent d’aller de l’avant, de mettre au monde un nouvel enfant et de se mettre au monde par et avec les mots.

https://www.amazon.fr/Sh%C3%A2b-ou-nuit-C%C3%A9cile-Ladjali/dp/2330017855