Dans une bande dessinée au trait enlevé et teintée d’humour, Guillaume Grimonprez nous relate la rencontre avec leur petite fille en Colombie. L’occasion de revisiter l’adoption de leur premier enfant.
Les parents par adoption y retrouveront des sentiments et des ressentis familiers et un ton juste. Pour les futurs parents, c’est l’occasion de se plonger dans cette inconnue de la rencontre de façon « légère ».

http://guillaume-grimonprez.fr/adoptions

Zidrou et Arno Monin (ill.), L’adoption t. 2 : la Garúa, Grand Angle, 2017 – Bande dessinée L’amour ne se vole pas. L’amour ne s’achète pas. L’amour se mérite.

Qinaya est repartie. Après l’arrestation de ses parents adoptifs pour enlèvement, elle a regagné son Pérou natal. Après un an et demi de recherches, Gabriel, son « grand-père » de France, se rend à Lima pour la retrouver. Mais le vieux bourru va aller de désillusion en désenchantement, car en 18 mois, la petite a changé, elle a grandi… et elle a oublié son séjour en France. Elle a oublié son « achachi », son grand-père…

https://www.amazon.fr/Ladoption-2-Garua-Arno-Monin/dp/2818941709

Lorsque Qinaya, une orpheline péruvienne de 4 ans, est adoptée par une famille française, c’est la vie de tous qui est chamboulée. Mais pour Gabriel, ce sera encore plus compliqué : il lui faudra apprendre à devenir grand-père, lui qui n’a jamais pris le temps d’être père. Des premiers contacts un rien distants aux moments partagés, Gabriel et Qinaya vont peu à peu nouer des liens que même le vieux bourru était loin d’imaginer.

https://actualitte.com/livres/6314/l-adoption-cycle-1-tome-1-qinaya

Adrien, 15 ans, semble être un ado sans histoire. Il vit avec ses parents dans une banlieue parisienne, va au collège où il a des copains. Bref, une vie d’adolescent comme tant d’autres. Mais Adrien est différent : il a été adopté alors qu’il n’avait que quelques semaines. Et aujourd’hui, il voudrait retrouver sa mère, ce qui n’est pas sans poser quelques problèmes pour sa famille adoptive…

https://livre.fnac.com/a252876/Tendre-banlieue-Tome-8-La-Signature-Tito

Phoenix : oiseau légendaire qui symbolise les cycles de morts et de résurrections. Résilience : aptitude individuelle à faire face aux épreuves majeures de la vie. C’est une re-naissance…

3 destins s’entrecroisent : Jennifer, fille d’un soldat américain passé en Corée du Nord. Fille d’un père absent, communiste et traître, l’Amérique la rejette. Elle consacre sa vie à un orphelinat de Séoul. Aron adopte un petit garçon et s’attache tant à lui qu’il délaisse sa fille ; il s’enfonce dans la dépression lorsque son fils tombe gravement malade. Doug, le meilleur ami d’Aron, est militaire et orphelin depuis longtemps. C’est lui qui a poussé Aron à adopter. Il se sent responsable de ce qui se passe.

https://www.amazon.fr/Voyage-Phoenix-Jung/dp/2302047850

Jung clôt ce voyage intérieur par l’évocation de ses années de jeunesse, étudiant à l’Institut Saint-Luc, amateur de jolies filles et de dessins. Il évoque aussi ce récent voyage en Corée effectué en 2011 pour le tournage de l’adaptation audiovisuelle de la série.Soulagement, sentiment d’appartenance retrouvé ou acculturation définitive ? Ses sentiments sont complexes et troublants. Et son récit toujours bourré d’humour et d’émotions.Démarche autobiographique peu commune entamée en 2007, Couleur de peau : miel a déjà reçu un accueil sans précédent tant le témoignage est authentique et universel.Le courrier des lecteurs demeure abondant et bouleversant. L’adaptation cinéma a été présentée depuis le Japon jusqu’aux Émirats arabes unis, du Canada à l’Australie, et maintes fois récompensées.Jung a touché un point auquel nous sommes tous sensibles : nos racines. Savoir les situer, sur cette terre de mondialisation et de revendications nationalistes est peut-être une nécessité.

https://www.amazon.fr/Couleur-peau-miel-T03-Jung/dp/2302031423

À 14 ans, Jung aborde la difficile période de l’adolescence, l’âge où certains rejettent leur famille pour mieux trouver leur personnalité. Comme Jung est du genre radical, son rejet sera intense ! Ce sera toutefois pour mieux découvrir les autres : les amis, dont certains sont des coréens adoptés aussi. Et puis les filles : Jung a un certain succès auprès d’elles et lui leur porte un intérêt prononcé. Enfin, se libère en lui une véritable passion pour le dessin… Mais en même temps que l’enfant devient jeune homme grandit une sorte de désespoir. Ce désespoir, tous les enfants adoptés de son entourage semblent l’expérimenter, et pour certains, il sera même fatal. Au combat pour trouver une place dans un environnement familial succède celui de s’accepter tel qu’il est. Il le mènera au seuil de sa vie d’homme.

https://www.amazon.fr/Couleur-peau-miel-Vol-2-JUNG/dp/2302000927

« Couleur de peur : miel » : c’est ce que précisait, entre autres, le dossier de Jung au Holt, ce grand orphelinat américain de Séoul, en Corée, où il ne va rester que 2 mois, à l’âge de 5 ans. Miel. C’est aussi la couleur des cheveux des quatre autres enfants du couple belge qui l’adopte. De la vie à l’orphelinat aux premiers « ébats » sexuels de l’adolescence, en passant par diverses bêtises bien cachées à des parents à l’éducation sévère grâce à la complicité de son frère et de ses soeurs, Jung nous narre son enfance, pleine de questionnements sur le déracinement, de crises d’identité auxquelles s’ajoutent ensuite les problèmes classiques des adolescents. On entend souvent dire qu’une adoption, c’est comme une greffe, ça prend … ou pas. Jung, au travers de sa propre histoire, en nous racontant ses propres interrogations, nous montre que c’est beaucoup plus subtil et nuancé que ça.

https://www.amazon.fr/Couleur-peau-miel-Vol-1-JUNG/dp/2849469505

Parvenue à l’âge adulte, Zélie la petite Burkinabé adoptée en Suisse, revient au pays de sa naissance. L’espoir d’y retrouver son amie d’enfance, Aminata Lapeule, conduit Zélie à découvrir ses racines.

https://www.amazon.fr/gp/product/2803624001?tag=adne-21

Entre 1854 et 1929, environ 250 000 enfants, orphelins ou abandonnés par leurs parents dans les rues de New-York, ont traversé le continent américain en train d’Est en d’Ouest pour être proposés en adoption à des familles censées leur offrir un meilleur avenir. Les deux tomes, aux illustrations d’un réalisme particulièrement évocateur, nous présentent une réalité bien différente, faite de misère et de violence. L’intrigue qui sert de fil conducteur tient le lecteur en haleine.

https://www.amazon.fr/train-orphelins-1-Jim/dp/2818921570