Archive d’étiquettes pour : Adoption Internationale

Adoptée le 20 novembre 1989 par l’Assemblée générale de l’ONU, la Convention internationale des Droits de l’Enfant est le premier traité international à énoncer les droits de tous les enfants. Ratifiée par tous les Etats, exception faite des Etats-Unis, elle garantit la protection des droits de l’enfant en contraignant les Etats parties à respecter chacun de ses articles.

www.defenseurdesdroits.fr/

Les contextes de crise ou de conflit armé offrent un terrain favorable aux violations des droits des enfants et plus particulièrement aux pratiques illicites dans l’adoption internationale. Aucune procédure d’adoption internationale ne peut être initiée dans de tels contextes, compte tenu de la difficulté à déterminer si les enfants, qui peuvent sembler orphelins ou privés définitivement de protection parentale, sont réellement éligibles à l’adoption.

Par ailleurs depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie, tout déplacement vers ces deux pays est formellement déconseillé.

Dans ces circonstances, les conditions pour poursuivre une démarche d’adoption ne sont pas réunies.

Le ministère de l’Europe et des affaires étrangères a donc pris la décision de suspendre jusqu’au 31 décembre 2022 les adoptions internationales avec ces deux pays.

Pour les enfants déjà apparentés avec leur famille d’adoption, les procédures peuvent être menées jusqu’à leur terme dans le respect des règles internationales et lorsque la situation locale le permettra.

Il est à noter que, conformément aux dispositions de la loi du 21 février 2022, les adoptions individuelles ne pourront plus être engagées à l’avenir ; seules les personnes déjà titulaires d’un agrément et qui se signaleront auprès de la Mission de l’adoption internationale dans les six mois après la promulgation de la loi seront autorisées, à l’issue de la période de suspension, à reprendre leur procédure d’adoption en Ukraine par démarche individuelle.

La guerre en Ukraine a lancé hors de ses frontières plus de deux millions de réfugiés et parmi ceux-ci des enfants qui se trouvent isolés. Ils ont été séparés des adultes qui les accompagnaient ou ont été envoyés seuls par leur famille pour les préserver, comme ce petit garçon de 11 ans dont l’histoire est devenue virale.

Filippo GRANDI, Haut-Commissaire des Nations unies pour les réfugiés : « Souvent les enfants ne sont pas vraiment seuls, ont des familles ailleurs, donc il faut essayer de les réunir avec leur famille tout d’abord. » France Inter le 8 mars 2022

Ces enfants doivent être pris en charge par les services de protection de l’enfance du pays dans lequel ils arrivent, et tout doit être mis en œuvre pour leur permettre de retrouver des membres de leur famille.

Un élan de solidarité se met en place, partout en France, pour répondre à la détresse de ces enfants et les protéger de la guerre.

Des associations à but humanitaire « évacuent » d’Ukraine vers la France des enfants qui vivent actuellement dans des orphelinats ou des internats et recherchent des familles d’accueil. La majorité de ces enfants ont des parents et en tout état de cause des représentants légaux et il n’est pas possible de les déplacer sans l’accord de ces derniers. Il est indispensable avant toute évacuation de ces enfants de s’assurer que les autorités ukrainiennes ont autorisé leur évacuation et de s’assurer également de la qualité de l’accueil par des familles françaises et de leur suivi.

Des particuliers proposent l’accueil de bébés dont les parents seraient décédés. Certaines familles pourraient y voir la possibilité d’adopter ces enfants et la vigilance est de mise dans ce qui pourrait s’apparenter à des adoptions illégales.

EFA rappelle que l’urgence humanitaire n’est pas le temps de l’adoption. L’adoption est un projet de parentalité mûrement réfléchi. De plus, il est impossible d’adopter de manière éthique un enfant dans un pays en guerre ou victime d’une catastrophe humanitaire. Les populations sont déplacées, les familles sont séparées et dispersées, les administrations à l’arrêt ou désorganisées n’ont pas la capacité de vérifier l’adoptabilité juridique des enfants et de les accompagner dans ce parcours de vie.

C’est pourquoi le ministre de l’Europe et des Affaires étrangères a pris, le 7 mars 2022, un arrêté de suspension des procédures d’adoption internationale en Ukraine et également en Russie.

Enfance & Familles d’Adoption le 15 mars 2022

 

En France, entre 1979 et 2019 :

— 1300 enfants ont été adoptés en Ukraine,
— 4900 en Russie,
— 3350 en Roumanie,
— 2060 en Pologne,
— 34 en Biélorussie,
— auxquels on pourrait ajouter les enfants venus de Hongrie et des pays baltes.

C’est dire si les familles adoptives françaises sont nombreuses à se sentir concernées par ce qui se déroule en ce moment, avec la guerre en Ukraine et les réfugiés qui affluent dans les pays voisins. Adopter à l’étranger, c’est inscrire l’histoire de nos familles dans des destinées communes qui englobent et dépassent la somme des histoires individuelles ; des événements dramatiques comme ceux que vivent actuellement les habitants de cette région d’Europe viennent nous le rappeler. À cela s’ajoute le fait qu’une guerre proche de notre territoire ne peut manquer d’interroger tous les enfants, quels qu’ils soient

Lire la suite

Un grave séisme est survenu le 14 août 2021 en Haïti, entrainant la mort de plus de 1000 personnes, de très nombreux blessés ou disparus et d’importants dégâts aux infrastructures. Le bilan ne cesse de s’alourdir dans ce pays où les conditions de survie de la population sont déjà dramatiques.

Au peuple haïtien, la fédération Enfance et Familles d’Adoption veut dire sa profonde tristesse et sa solidarité face à cette souffrance supplémentaire.

Nous pensons également aux personnes originaires d’Haïti, aux familles en attente d’apparentement ou ayant adopté en Haïti, aux Organismes Autorisés pour l’Adoption (OAA) et à l’Agence Française pour l’Adoption (AFA) qui travaillent dans ce pays de longue date, à tous ceux qui y ont des proches et qui se trouvent dans l’inquiétude.

Le bureau d’EFA

Inédit // ADOPTION INTERNATIONALE : TROIS MINISTRES INTERPELLÉS PAR LA VDA ET EFA POUR L’OUVERTURE D’UNE COMMISSION D’ENQUÊTE INDÉPENDANTE SUR LES ADOPTIONS ILLÉGALES DU PASSÉ

Devant la recrudescence des scandales liés aux adoptions internationales illégales, EFA et la VDA se sont unis pour demander à trois ministres la création d’une commission d’enquête indépendante et surtout la création d’un dispositif national d’accompagnement pour les adoptés et leurs familles.

Lire le communiqué de presse

Le constat sonne comme une évidence dans le monde de l’adoption : les fantômes des dérives du passé ressurgissent avec des personnes adoptées adultes qui dénoncent la régularité, la légalité, l’éthique avec lesquelles leur adoption a été réalisée il y a près de 40 ans. Face au fracassant silence de l’Etat français malgré 3 plaintes déposées en moins d’un an, c’est aussi le manque de moyens pour accéder aux origines qui est de plus en plus pointé. En 2021, aucune structure n’existe dans l’Hexagone pour répondre à cette demande croissante. C’est pourquoi les associations la Voix des Adoptés et Enfance et Familles d’Adoption, ont décidé de passer à la vitesse supérieure en demandant l’ouverture d’une commission d’enquête auprès de trois Ministres et la mise en place d’un dispositif national d’accompagnement pour les adoptés. Explications.

Lire la suite

EFA, La Voix des Adoptés et le Mouvement pour l’Adoption Sans Frontières se sont associés pour demander le vote, lors de la prochaine Assemblée plénière du CNPE, d’un avis réclamant la mise en place d’une commission d’enquête indépendante sur les pratiques illicites en adoption internationale.

Ces trois associations demandent également la création d’un dispositif national d’accompagnement des adoptés faisant une recherche des origines, et ce quelque soit leur lieu de naissance.

Lire l’avis.

Après le Sri Lanka l’an dernier, c’est aujourd’hui au tour du Mali d’être au cœur de l’actualité médiatique de l’adoption. TV5 monde et différents journaux relaient depuis quelques jours la plainte pour escroquerie et abus de confiance déposée par neuf personnes adoptées dans les années 1980 contre l’organisme d’adoption qui avait accompagné leurs parents.

La découverte d’illégalités dans un dossier d’adoption est un choc, un bouleversement profond pour toute la triade adoptive : enfants, parents de naissance, parents par adoption. Pour l’adopté, il s’agit de recomposer à nouveau son histoire, de questionner son identité, de retrouver du sens. Les parents, quant à eux, vivent avec la culpabilité et la souffrance d’avoir participé malgré eux à un système frauduleux qu’ils n’imaginaient pas. Créer une famille solide suppose de pouvoir agir en confiance avec tous les intervenants du processus.

Lire la suite

Mission au Guatémala

Le but principal de cette mission, à la demande de la MAI, était de comprendre comment les adoptés originaires du Guatemala pouvaient retrouver leurs origines et dans quelle mesure des « retrouvailles » avec leur famille biologique étaient possibles. Il était pour cela nécessaire de comprendre au préalable la protection de l’enfance hier et aujourd’hui au Guatemala, et les projets de vie mis en place pour les enfants plus vulnérables.

Lire la suite

Suite aux annonces du président de la République et du premier ministre demandant à ce que le télétravail soit privilégié,  nos bureaux resteront fermés jusqu’au 2 juin. Vous pouvez continuer à nous joindre mais de préférence par mail.

Le courrier sera ramassé une fois par semaine et les commandes seront traitées à ce moment là. Il peut par conséquent y avoir du retard dans l’envoi de celles-ci.

C’est en restant solidaire et en respectant les consignes qui nous sont données que nous continuerons à faire face à cette pandémie.

Nous avons une pensée pour tous ceux qui sont touchés par ce virus ainsi que pour les parents qui doivent encore attendre pour pouvoir rejoindre leur enfant.

Prenez soin de vous et de vos proches dans le respect des mesures prescrites par les autorités.