Accouchement sous X : dans la tête des “mères de l’ombre”.

En France, les femmes peuvent choisir de recourir à un dispositif presque unique dans le monde : l’accouchement sous X. Cette pratique leur permet d’accoucher dans l’anonymat le plus total et de rompre tout lien de filiation avec leur enfant. Les frais de suivi de grossesse et d’hospitalisation sont alors à la charge de l’Etat et il n’y a en principe aucune trace écrite de leurs mises au monde. Inconcevables, invisibles, contrariées et anonymes, ces maternités sont l’objet de nombreux fantasmes et préjugés.

Leurs témoignages sont rares voire inexistants. ” Elles ont honte, elles ont peur “. Chaque année en France, quelques centaines de femmes recourent à l’accouchement sous X. Cette pratique , autorisée dans de très rares pays comme le nôtre, leur permet de mettre au monde leur enfant sans avoir à donner leur identité. Elles les confient ensuite aux services d’adoption et disparaissent sans laisser de trace.

Découvrez le premier épisode de la série : Les mères de l’ombre (sur le site de la revue “femme actuelle”).

Adoption internationale : Estelle a adopté ses deux enfants en Colombie.

En novembre 2015, après sept ans d’attente, Sébastien et Estelle serrent enfin dans leurs bras Esteban, leur fils adoptif originaire de Colombie. Plus tard, ce sera au tour de la petite Rose de rejoindre la famille. Estelle témoigne du long processus de l’adoption internationale.

Pour Sébastien et Estelle Lambert-Leynaert, devenir parent, c’était une évidence. La vie en a décidé autrement, ils ont d’abord dû faire le deuil d’un enfant biologique puis ils ont décidé d’adopter leur fils et leur fille en Colombie. Ils témoignent du parcours, log et complexe, de l’adoption internationale dans “C’est la vie”.

En 2023, 176 enfants ont été adoptés à l’étranger par des ressortissants français ou des étrangers résidents en France. Ces enfants adoptés sont majoritairement originaires du Vietnam, de Thaïlande, de Madagascar, de Colombie ou de Tunisie.

Pourquoi certains parents font le choix d’adopter à l’étranger ? Quel est le processus qui mène à l’adoption d’un enfant ? Comment s’y prépare-t-on ? Quelles sont les spécificités d’une telle décision ? Parmi les sujets abordés dans l’émission : la parentalité adoptive, l’adoption internationale, l’infertilité, l’attachement, la peur de l’abandon, les TDAH.

Un très beau témoignage à retrouver dans l’émission “C’est la vie” sur France Bleu.

Estelle Lambert-Leynaert est auteure du livre Ce lien jusqu’à toi, publié aux éditions Michalon.

Le pack autonomie jeune majeur, la fédération EFA demande à être entendue.

Parmi les mesures annoncées à la suite du comité interministériel de l’enfance du 20 novembre, la création d’un « pack autonomie jeune majeur » a provoqué de nombreuses réactions dont la presse s’est fait largement l’écho.

Ce pack est constitué d’une aide de 1500 €, qui devrait être attribuée automatiquement à tous les jeunes sortant du dispositif de l’Aide sociale à l’enfance (ASE) à 18 ans et dont on ignore encore s’il se substitue aux mesures déjà existantes ou s’y ajoute.

Depuis la loi 2016-297 du 14 mars 2016 relative à la protection de l’enfant, en effet, les enfants confiés à l’ASE bénéficient, à leur majorité ou émancipation, d’un pécule ; ce pécule est constitué de la somme des allocations de rentrée scolaire (ARS) dues pour l’enfant pendant le temps où il est confié à l’ASE, leur montant étant consigné à la Caisse des dépôts.

Lire la suite

Etude exclusive de Kantar pour Enfance et Familles d’Adoption à l’occasion de la Journée Mondiale de l’Enfance.

L’adoption, mesure de protection de l’enfance : 39% des Français(es) y ont déjà pensé et 33% déclarent que c’est un sujet qui nous concerne tous selon une étude Kantar Insights France

Paris, le 20 novembre 2023 – À l’occasion de la Journée Mondiale de l’Enfance, Kantar Insights France a mené une étude inédite pour l’association Enfance & Familles d’Adoption (EFA), qui fête cette année ses 70 ans d’existence au service de l’adoption et de l’enfance délaissée. Kantar Insights France a interrogé 1000 personnes vivant en France, âgées de 18 ans ou plus et constituant un panel national représentatif, afin de recueillir leurs perceptions sur l’adoption d’enfants.

Cette étude inédite sur l’adoption a permis de révéler les 4 principaux enseignements suivants :

— L’adoption est un sujet grand public
— Dont les perceptions se situent entre idéalisme et réalisme
— Et qui génère encore de nombreuses idées reçues ou datées
— D’où la nécessité d’être bien accompagné quand on envisage d’adopter un enfant

Lire la suite

Dans les yeux d’Olivier Delacroix – Claire et François ont adopté : « C’est difficile mais une très belle aventure »

Olivier Delacroix part à la rencontre de Claire et François, un couple qui a adopté deux petits garçons à l’autre bout du monde.

Après dix-sept ans de vie commune et face à leur difficulté à avoir un enfant, Claire et François décident de se tourner vers l’adoption pour agrandir leur famille. Après trois longues années d’attente et de démarches administratives, l’Agence française d’adoption les informe que deux frères, âgés de cinq et sept ans, les attendent en Colombie…

Comment se sont-ils préparés à accueillir ces enfants dans leur vie ? Comment la rencontre s’est-elle déroulée ? Dans ce nouvel épisode du podcast « Dans les yeux d’Olivier », Claire et François se confient sur leur expérience en tant que parents adoptifs. Ils racontent comment ils ont aidé les garçons à s’adapter à leur nouvel environnement en France, et comment ils ont construit un lien de confiance avec ces deux enfants déjà grands.

Retrouvez l’émission en podcast

Slate : Adopter et être adopté, un parcours vertigineux

De belles rencontres et beaucoup de questions.

Chaque année en France, environ 10.000 couples —impérativement mariés— reçoivent un agrément à l’adoption. Mais ce n’est que la première étape, car ensuite vient l’attente, souvent longue, jusqu’au moment où leur enfant leur sera confié. C’est grâce à la loi de 2013 que Philippe et Mathieu parviennent enfin à entrevoir un futur où ils pourraient être parents. «Même à 20 ans, je savais que j’aurais des enfants. Bien sûr que la question de l’homosexualité se pose sur comment avoir des enfants, et pourquoi en tant qu’homosexuel, je serais privé d’avoir des enfants», témoigne Matthieu. Dans Post-Scriptum, le couple raconte son parcours d’adoption, qui se conclut avec l’arrivée de leur petite fille tant attendue.

A retrouver sur Slate.fr

France 3 – Adoption : comment cette association accompagne les familles

Cette année, l’adoption d’enfants mineurs fête ses 100 ans. Dans un contexte de baisse du nombre d’adoptions en France, l’association Enfance et familles d’adoption accompagne les familles.

L’association Enfance et familles d’adoption regroupe 92 antennes de proximité un peu partout en France. A Yssingeaux, l’assemblée générale de l’antenne de Haute-Loire s’est tenue dimanche 12 mars. A chaque fois c’est un moment de partage, entre bilan de l’année écoulée et goûter avec les enfants. Ce moment convivial permet de resserrer les liens et de motiver les nouveaux adhérents qui ont reçu l’agrément pour adopter, comme M. et Mme Dumas. Ils attendent depuis un an l’enfant qui leur correspond et pour lequel ils sont prêts.

A retrouver sur France 3 – Rhône Alpes

France 3 – “Née sous X, catégorie trouvée” à Besançon, le long combat de Marie-Laure pour découvrir son histoire et retrouver ses parents biologiques

Marie-Laure, née sous X à Besançon (Doubs) dans les années 60 se bat depuis plusieurs années pour découvrir ses origines et pour retrouver la trace de sa mère et son père biologiques. Elle nous raconte son histoire hors du commun.

En France, près de 600 bébés naissent sous X chaque année. Depuis 2014, le 30 mai est la journée mondiale consacrée au droit à connaître ses origines. Ce combat a été initié par un collectif, la Coordination des Actions pour le Droit à la Connaissance des Origines (CADCO) afin que les enfants nés sous X puissent accéder à leur histoire, pour que le puzzle de leur vie retrouve ses pièces manquantes. Pour l’occasion, France 3 Franche-Comté a souhaité vous raconter l’histoire de Marie-Laure, une Bretonne née à Besançon en 1966.

“Née sous X, catégorie trouvée”. C’est la mention inscrite sur le dossier de l’Aide Sociale à l’enfance de Marie-Laure dont le prénom donné lors de l’abandon est Sylvie et le nom Colette. Cette dernière a entamé il y a 15 ans des recherches sur ses origines. Mais que signifie cette mention “catégorie trouvée” ? La Bisontine de naissance n’en a aucune idée malgré toutes ces années de recherche. Ce qu’elle sait, c’est qu’elle est née le 1er octobre 1966 à la Clinique privée des Cigognes à Besançon et qu’elle y est restée jusqu’au 24 octobre. “Colmar” est également indiqué sur son dossier, sans qu’elle sache pour quelle raison cette ville d’Alsace est mentionnée.

A retrouver sur le site France 3 Franche Conté

Retour aux sources : Voyage en Corée du sud (RTS)

Su, 50 ans, se rend en Corée du Sud, avec sa fille Jayun. Su est née en Corée du Sud et a été adoptée par un couple suisse à l’âge de deux ans. Au cours de ce voyage, Su tente de découvrir son passé et de retrouver ses parents biologiques.

A regarder en replay sur le site de la Radio Télévision Suisse.

Retour aux sources : Voyage au Chili (RTS)

A regarder en replay sur le site de la Radio Télévision Suisse.

Sara et son père adoptif Werner vont au Chili pour rencontrer Paola, la mère biologique de Sara. Les retrouvailles sont particulièrement émouvantes et Sara comprend que son adoption n’a pas été voulue par sa mère. Episode n°1.

Sara, sur les traces de ses origines au Chili avec son père adoptif, reçoit enfin les réponses à toutes ses questions. Paola, la mère biologique de Sara lui explique ce qui s’est passé à sa naissance et la jeune femme va apprendre à pardonner. Episode n°2.