W. Bertile, P. Ève, G. Gauvin et P. Vitale, Les enfants de la Creuse, Le Cavalier Bleu, 2021

Après la publication en 2018 d’un rapport très documenté sur la transplantation de mineurs de l’île de La Réunion en métropole (disponible sur Internet), un ouvrage, plus accessible, rédigé par les mêmes auteurs, revient sur quelques « idées reçues » à propos de cette dramatique affaire. Entre 1963 et 1984, la Ddass de La Réunion a envoyé 2 015 mineurs vers 83 départements métropolitains (pas uniquement vers la Creuse). Le livre apporte un éclairage réaliste et dépassionné sur des faits très complexes, tantôt incompris, tantôt déformés et souvent jugés à la lumière des critères du xxie siècle. Sans jamais chercher à justifier cette politique de migration d’enfants, mais en la replaçant dans le contexte de l’époque, l’ouvrage revient sur quelques points sujets à controverse. Le rappel de la politique de migration initiée avec la création du Bumidom et le glissement qui s’est opéré à l’égard des enfants permettent de nuancer et de contrebalancer les termes « d’esclavage » ou de « déportation », dont la presse s’est souvent fait l’écho. Toutefois, « expliquer n’est pas excuser » rappellent inlassablement les auteurs qui pointent les graves dysfonctionnements de l’Ase et leurs conséquences dramatiques sur les enfants transplantés. Ce qu’une médécin de l’Ase décrit en 1973 comme une « utopie dangereuse ».

http://www.lecavalierbleu.com/livre/enfants-de-creuse/

Ce commentaire a été publié dans le numéro 199 de la revue Accueil